Un lecteur MP3, dangereux ?

15 novembre 2009
Il y a quelques années, les radios portatives et les lecteurs de cassettes ou de disques compacts étaient populaires. Maintenant, les lecteurs MP3 capables de contenir des milliers de chansons se sont miniaturisés et prennent une place de plus en plus importante dans nos vies. De 2004 à 2005, les ventes canadiennes de tels appareils ont été multipliées par trois (40 % des foyers canadiens et 61 % des adolescents américains en ont un). Cette nouvelle popularité amène son lot de questionnements sur les dangers potentiels de ces appareils sur l’audition.

DES RISQUES RÉELS

De plus en plus de recherches tendent à appuyer le fait que les baladeurs peuvent causer une perte auditive lorsque leur utilisateur ne fait pas preuve de prudence. Les risques varient en fonction du type d’écouteurs, de la durée d’utilisation et de la variation du volume choisi. Il semble que les petits écouteurs qui s’insèrent complètement dans l’oreille sont plus problématiques que les casques d’écoute portés sur les oreilles. Plus l’utilisation est prolongée, plus grands sont les risques que les dommages aux oreilles soient permanents. Il est admis qu’à des niveaux de 90 dB des dommages sont possibles et, malheureusement, la plupart des appareils offerts sur le marché permettent un volume atteignant 120 dB, c’est-à-dire plus fort que celui d’une scie à chaîne.

LES ADOS, LA CLIENTÈLE LA PLUS À RISQUE

Alors que les étudiants sont les plus grands utilisateurs de cette technologie (les personnes qui en reçoivent le plus souvent en cadeau sont les adolescents de moins de 18 ans), leurs habitudes d’écoute en font une population à risque. En effet, les études démontrent que les ados (surtout les garçons) utilisent leur lecteur MP3 plus longtemps et à des volumes plus élevés que tous les autres utilisateurs.

COMMENT PROTÉGER SES OREILLES ?

Le fait qu’il y ait des risques ne signifie pas qu’il ne faut pas en utiliser. À bas volume (moins de 80 dB), les sons ne causent pas de problèmes. En mettant en pratique les conseils suivants, il est tout à fait possible de bénéficier des avantages de ces petits lecteurs de musique sans endommager ses oreilles. La règle d’or à appliquer est 60-60, c’est-à-dire qu’en aucun moment le volume utilisé ne devrait dépasser 60 % du maximum du volume possible de l’instrument, et que l’utilisation de l’appareil ne devrait jamais excéder 60 minutes dans une journée. D’autres moyens sont envisageables pour s’assurer de l’usage adéquat des lecteurs MP3. Premièrement, le volume de la musique devrait permettre à l’utilisateur de tenir une conversation avec une personne située à un mètre d’elle. De plus, les personnes présentes autour de l’usager ne doivent pas être susceptibles d’entendre la musique.

Enfin, un test « maison » permet de savoir si le volume
utilisé est sécuritaire : en mettant l’écouteur dans sa main fermée
et en réglant le lecteur au volume souhaité, il ne faut pas
entendre la musique.

Bref, malgré les risques existants d’une utilisation inadéquate, les lecteurs MP3 font partie de la vie d’aujourd’hui et, en prenant certaines précautions, il est possible de jouir de leurs bienfaits sans crainte. Enfin, des études ont démontré que nos ados se sentiraient même plus concernés par les risques de perte auditive que les adultes, comme quoi on a tout intérêt à leur faire confiance une fois les règles d’utilisation transmises !

Références :
Santé Canada. « Le baladeur et le risque de perte auditive », Votre santé et vous,
http ://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/iyh-vsv/life-vie/stereo-baladeur-fra.php#pe.
ZOGBY, Joseph (2006). « Survey of Teens and Adults about the Use of Personal Electronic Devices and Head Phones », American Speech-Language-Hearing Association et Zogby International.