La stimulation du langage  de A à Z 

22 août 2017

Le retard d’acquisition du langage est une atteinte développementale fréquente. Une enquête menée en 2012 révélait que 10 % des enfants québécois présentaient une vulnérabilité sur le plan du développement cognitif et langagier ou du développement des habiletés de communication et des connaissances générales1.

Il est reconnu depuis longtemps qu’une intervention précoce offre des effets bénéfiques sur toutes les sphères de développement de l’enfant2 et que l’implication parentale est essentielle afin d’améliorer les contextes langagiers auxquels l’enfant est exposé3. Voici donc quelques stratégies afin que tous les proches de l’enfant (parents, famille, éducateurs, etc.) puissent lui offrir une stimulation bénéfique pour le développement de son langage.

Placez-vous à la hauteur de l’enfant, regardez-le et encouragez-le par des sourires lorsqu’il tente de parler. 

On a souvent tendance à parler à la place de l’enfant. Comptez cinq secondes dans votre tête après lui avoir posé une question ou après avoir fait un commentaire pour lui laisser le temps de s’exprimer.

Parlez de tout ce que l’enfant peut voir. Mettez des mots sur ce qui l’entoure, sur ce que vous faites ensemble et, surtout, suivez les intérêts de l’enfant. 

Si l’enfant pointe un chien dans la rue, plutôt que de lui parler de l’auto qui passe au même moment, décrivez les caractéristiques du chien et ses actions : « C’est un gros chien brun. Le chien jappe et sort sa langue. »

Attendez que l’enfant vous exprime ce qu’il veut avant de répondre à son besoin.
Laissez un jouet qu’il apprécie à sa vue, mais hors de sa portée, ou omettez de lui remettre une cuillère avec son yogourt.

Posez des questions à choix afin d’amener l’enfant à y répondre avec un mot.
« Veux-tu du jus ou du lait ? »
Placez l’objet que l’enfant désire près de votre visage afin qu’il puisse voir les mouvements de votre bouche en plus d’entendre le mot.

Posez des questions, oui, mais pas trop ! Les commentaires sont encore plus enrichissants que les questions, en agissant comme des modèles.
Plutôt que de lui demander « C’est quoi ? » ou « C’est quelle couleur ? », commentez ce que vous voyez :
« C’est un gros chien ! » ou « C’est mauve ! »

Ajoutez des mots afin d’enrichir les productions de l’enfant en lui offrant un modèle plus complet ou complexe.
« Papa auto »
« Oui ! C’est l’auto bleue de papa. Elle va vite l’auto de papa. »

Si l’enfant prononce mal un mot, reformulez ce qu’il a dit en lui offrant le bon modèle, sans lui demander de répéter.
Évitez de lui mettre de la pression. Communiquer se fait avant tout dans le jeu et le plaisir !
« Lancer babon »
« Oui ! Je lance le ballon. »

Il n’est pas nécessaire d’ajouter des heures à votre journée déjà chargée afin de trouver du temps pour stimuler le langage. Au contraire ! Profitez des routines quotidiennes, comme les repas, l’habillement et l’heure du bain. Toutes ces situations répétitives permettront à l’enfant d’être exposé à plusieurs reprises au même vocabulaire et aux mêmes structures de phrases, ce qui l’aidera à faire de nouveaux apprentissages (p. ex. « je lave tes jambes, je lave tes mains, je lave ton ventre… »).

Finalement, une excellente occasion pour stimuler le langage est lors de la lecture de livres d’histoire. N’hésitez donc pas à ajouter un livre à la routine du dodo de l’enfant.

N’oubliez pas… Les conseils généraux présentés dans ce texte ne remplacent pas un plan d’intervention conçu par une orthophoniste afin de répondre aux besoins uniques de votre enfant. En cas de doute sur son développement langagier, consultez une orthophoniste !

 

Références :
  1. Institut de la statistique du Québec. Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle — 2012. Portrait statistique pour le Québec et ses régions administratives, 2013. En ligne. www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/sante/enfants-ados/developpement-enfants-maternelle-2012.pdf. Consulté le 13 avril 2017.
  2. Ministère de la Santé et des Services sociaux. Les services intégrés en périnatalité et pour la petite enfance à l’intention des familles vivant en contexte de vulnérabilité – Résumé du cadre de référence. 2004. En ligne. http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2004/04-836-01.pdf. Consulté le 13 avril 2017. 
  3. LEFFEL, K. et SUSKIND, D. Parent-directed approaches to enrich the early language environments of children living in poverty. Seminars in speech and language. 2013, vol. 34, no 4. En ligne. http://thirtymillionwords.org/wp/wp-content/uploads/2013/09/SSL-00517.pdf. Consulté le 13 avril 2017.
Remerciements aux professeur(e)s et cliniciennes du programme de maîtrise en orthophonie de l’Université Laval, qui ont su transmettre leurs connaissances et leur expérience de la petite enfance.