Problèmes d’audition et problèmes cognitifs

26 janvier 2015

Problèmes cognitifs

Le trouble cognitif est un ensemble de symptômes incluant des troubles de la mémoire, de la perception et des difficultés à résoudre des problèmes. Bien qu’ils puissent exister comme symptômes dans certains troubles mentaux, ils sont avant tout synonymes de lésions cérébrales. On les retrouve à des degrés divers dans les maladies dégénératives (maladie d’Alzheimer, démence sénile ou alcoolique, etc.) ainsi qu’en cas de traumatisme crânien avec atteinte cérébrale.

Les problèmes d’audition, et leurs conséquences sur la santé cognitive des personnes vieillissantes qui sont touchées, sont souvent mal connus. À partir de 75 ans, le risque de développer une maladie dégénérative de type Alzheimer est 2,5 fois plus élevé* chez le sujet atteint de surdité, et ceci peut entraîner des difficultés de compréhension et perturber leurs activités sociales.

Une étude clinique menée auprès de 319 répondants de 75 ans (moyenne d’âge de 85 ans) vivant en établissement depuis au moins un mois a montré qu’un peu moins de la moitié des personnes (42 %) souffraient d’une presbyacousie (perte progressive de l’audition liée à l’âge) entraînant une gêne sociale, et que 61 % d’entre eux présentaient des troubles cognitifs.* Plus les patients étaient âgés, plus la prévalence des troubles auditifs et cognitifs était élevée.

Il faut savoir que la mémoire se nourrit de l’information que lui procurent tous les sens, et en particulier l’ouïe. Si elle devient défaillante, comme dans le cas de la presbyacousie, la mémoire ne reçoit plus de nouvelle information ou de nouvelles connaissances à traiter. Par ailleurs, les premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer portent précisément sur ces souvenirs récents : la personne ne sait plus si elle a éteint la cuisinière, si l’infirmière ou le facteur est passé le matin même, ni si son fils ou sa fille lui a téléphoné une heure auparavant.

La démence : maladie fréquente chez les personnes malentendantes

La démence est bien plus fréquente chez ceux qui entendent mal (état démentiel chez 52 % d’états des entendants et 72 % des malentendants). Autrement dit, mieux on entend, moins on a de risque de souffrir de troubles cognitifs ou du comportement comme le repli sur soi, l’isolement ou la dépression.

Plusieurs des symptômes éprouvés par les personnes atteintes de troubles cognitifs ressemblent aux comportements liés à la perte auditive. Par exemple, elles comprennent moins bien ce qui se dit autour d’elles, elles doivent constamment faire répéter puisque leur mémoire à court terme vacille ou elles ont de la difficulté à suivre les conversations.

Une personne ayant une perte auditive attend en moyenne 10 ans avant d’aller chercher de l’aide. La seule manière connue actuellement pour suppléer à une perte auditive comme la presbyacousie est le port d’appareils auditifs. Pour être pleinement efficaces et réduire ou éliminer les troubles du caractère et du comportement pouvant découler d’un problème d’audition non traité, les appareils auditifs doivent être portés par le patient dès les premiers signes de gêne auditive.

Si vous soupçonnez qu’une personne de votre entourage présente une perte auditive, encouragez-la à consulter un audioprothésiste.
Références :
* Étude (AcouDem) menée à l’initiative du GRAP (Groupe de recherche Alzheimer Presbyacousie) entre les mois d’août 2004 et de février 2007.
– http://www.laborenard.fr/media/pdf/acoudem_siemens.pdf
– https://destinationsante.com/un-lien-etroit-entre-surdite-et-declin-cognitif.html
-docs/maladie_dalzheimer_troubles_de_laudition_et_appareillage_auditif_
une_revue_des_donnees_actuelles_274540/article.phtml
– http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/01/31/21924-perte-daudition-accelere-declin-cognitif