Mise au point sur l’acouphène

15 mai 2009
Environ 10 à 15 % de la population percevrait un acouphène continuel. Approximativement 3% de ces gens en seraient dérangés sérieusement. L’acouphène fait souvent peur en raison des mythes qui lui sont associés. Par exemple, certains prétendent que l’acouphène nuit à l’audition, vous réveille la nuit ou, pire encore, peut vous mener au suicide. Ces mythes sont tellement ancrés dans l’imaginaire collectif que même les professionnels de la santé y adhèrent parfois.
L’acouphène nuit-il à l’audition ?

Bien que l’acouphène ne soit pas responsable de la surdité, il s’accompagne souvent d’une perte d’acuité auditive. Cette perte peut donc mener à des difficultés d’écoute sans que l’acouphène en soit la cause. L’utilisation d’appareils auditifs, même lorsque la perte est minime ou ne rencontre pas les critères de la RAMQ, peut diminuer l’audibilité de l’acouphène de façon significative tout en réduisant les situations de handicap sur le plan auditif. Il est donc primordial d’obtenir une évaluation complète de votre audition et de vos besoins par un audiologiste spécialisé dans le domaine des acouphènes.

L’acouphène réveille-t-il la nuit ?

Selon l’Organisation mondiale de la santé, il faut un bruit continu d’au moins 30 dB (A) avec des pointes d’au moins 45 dB (A) pour nuire sérieusement au sommeil. Or, d’une part, le niveau de sensation de l’acouphène est généralement plus bas que 10-15 dB et, d’autre part, il n’y a pas de tendance claire entre le niveau mesuré de l’acouphène et le dérangement qui lui est associé. L’acouphène ne peut donc pas vous réveiller, mais pourra être la première chose entendue au réveil. Les problèmes de sommeil peuvent être de diverses natures : difficulté à s’endormir, réveils fréquents, sensation de ne pas avoir récupéré, etc. Il est possible que le temps requis pour s’endormir soit plus long, surtout si l’attention est dirigée vers l’acouphène. Des exercices d’écoute active, de visualisation ou de relaxation peuvent aider à surmonter cette difficulté. Les causes des troubles du sommeil sont souvent insidieuses et méritent une évaluation approfondie en clinique spécialisée dans le domaine du sommeil.

L’acouphène mène-t-il au suicide ?

Une étude internationale rétrospective récente et basée sur 26 ans d’observations n’a pas permis d’établir de lien direct entre acouphène et suicide. Parmi les rares cas rapportés de tentatives de suicide, une condition psychiatrique était préexistante, la plus commune étant la dépression. Un suivi en équipe multidisciplinaire s’avère alors essentiel.

Pour y voir plus clair au sujet de l’acouphène, n’hésitez pas à rencontrer un audiologiste spécialisé dans ce domaine.