La maladie de Ménière

4 octobre 2018

La maladie de Ménière est une affectation de l’oreille qui provoque des vertiges et des symptômes auditifs.

Les débuts

La maladie de Ménière se manifeste généralement sous forme de vertiges intenses accompagnés d’une baisse d’audition, d’un acouphène et d’une sensation de plénitude. Les crises durent habituellement entre 20 minutes et 2 heures, mais peuvent se maintenir jusqu’à 24 heures. La baisse d’audition est souvent plus prononcée pour les sons graves, et l’acouphène peut s’apparenter à un bourdonnement. Les symptômes de la maladie seraient causés par une accumulation trop importante d’endolymphe dans l’oreille interne. L’endolymphe est un liquide qui permet le fonctionnement normal des cellules de l’audition et de l’équilibre. Une accumulation trop importante d’endolymphe altère temporairement le fonctionnement de l’oreille, ce qui déclenche les symptômes auditifs et les vertiges. Les vertiges sont souvent accompagnés de nausées et de vomissements. Lorsque le volume de liquide se rétablit, les symptômes s’atténuent graduellement. Il n’est pas rare de ressentir une grande fatigue après une crise.

Le diagnostic

Le diagnostic est habituellement posé par un médecin oto-rhino-laryngologiste (ORL). Un historique détaillé de la récurrence des symptômes et certaines évaluations sont nécessaires pour poser le diagnostic. Le médecin doit également s’assurer que les symptômes ne puissent pas être causés par une autre condition médicale.

Il peut arriver que certains patients ne présentent pas tous les symptômes de la maladie. Cette situation peut se produire lorsque l’endolymphe s’accumule majoritairement dans l’une des deux parties de l’oreille. Si l’accumulation d’endolymphe se fait principalement dans la partie responsable de l’audition, le patient ressentira surtout des symptômes auditifs, c’est-à-dire une baisse d’audition, un acouphène et une sensation de plénitude causée par la surabondance de liquide dans l’oreille. À l’inverse, si l’accumulation d’endolymphe se fait majoritairement dans la portion de l’oreille responsable de l’équilibre, le patient présentera davantage des vertiges et une sensation de plénitude. Il va de soi que ces formes atypiques de la maladie de Ménière sont plus controversées et plus difficiles à diagnostiquer que la forme classique.

L’évolution

L’évolution de la maladie est difficile à prédire puisque les crises surviennent de façon imprévisible. La fréquence des attaques et la progression des symptômes varient beaucoup d’un individu à l’autre. Selon chaque personne, il peut s’écouler de quelques jours à quelques années entre deux crises. L’audition et l’équilibre retrouvent habituellement leur fonctionnement normal entre les premières attaques. Toutefois, des crises répétées finissent par endommager les composantes de l’oreille. La baisse d’audition s’installe alors progressivement, et les problèmes d’équilibre persistent.

Les traitements

Plusieurs solutions peuvent être envisagées pour les personnes atteintes de la maladie de Ménière. D’abord, certaines habitudes de vie peuvent s’avérer bénéfiques pour prévenir le déclenchement de nouvelles crises. Par exemple, réduire le stress et la fatigue ou avoir une diète faible en sel, en caféine et en alcool. Certains médicaments peuvent également soulager les symptômes durant les crises. En dernier recours, des chirurgies peuvent être pratiquées si les symptômes deviennent trop invalidants. L’appareillage auditif est une autre solution à considérer lorsque la surdité devient permanente. Bref, chaque personne atteinte de la maladie de Ménière doit être prise en charge selon sa condition et ses besoins.

Pour plus d’information concernant la maladie de Ménière, n’hésitez pas à consulter un médecin ORL ou un audiologiste.