L’implant cochléaire : démêler le vrai du faux

9 décembre 2015, par Nicolas Rouleau

implant cochléaire

Voici un petit questionnaire qui démystifie l’implant cochléaire.

L’implant cochléaire redonne une audition normale.

Faux

L’utilisation d’habitudes d’écoute efficaces (stratégies de communication) et de la lecture labiale par les porteurs d’implant cochléaire reste primordiale. L’implant est très performant dans les situations où le porteur se retrouve dans un endroit silencieux. Cependant, en présence de bruit ambiant, comme au restaurant par exemple, il devient beaucoup plus difficile de comprendre la parole sans voir les lèvres de l’interlocuteur. La compréhension de la parole dans le bruit est le principal point faible de l’implant cochléaire.

Les porteurs d’un implant cochléaire perçoivent les voix de façon très aigüe et très « robotique ».

Vrai… et ensuite faux

Pendant les premiers mois qui suivent l’implantation de l’implant cochléaire, les patients vivent une grande période d’adaptation. Ils se mettent à entendre des sons qu’ils n’ont pas entendus depuis plusieurs années, parfois même des sons jamais entendus! Le volume est également perçu comme étant très fort. Pour ces raisons, les sons ambiants et la voix ne paraissent pas naturels au début. Cependant, au fil des semaines et des mois, le cerveau s’habitue à ces nouveaux sons et la voix apparaît de plus en plus naturelle, grâce à la capacité de réorganisation cérébrale et à la réadaptation auditive.

Tous les porteurs d’implant cochléaire entendent de la même façon et le résultat est tout aussi bon pour tous.

Faux, totalement faux!

Le pronostic de l’implant cochléaire est parfois difficile à déterminer et dépend d’une multitude de facteurs, la durée de la surdité étant l’un des plus importants. Plus la période de surdité aura été longue, plus le patient aura de la difficulté à s’habituer aux nouveaux sons qu’il entendra. Théoriquement, une personne qui a perdu l’audition subitement et qui reçoit l’implant dans un court laps de temps obtiendra un meilleur résultat qu’une personne avec une perte auditive importante depuis la naissance et qui n’aurait jamais porté de prothèses auditive. Les autres facteurs principaux sont l’âge, la motivation, la cause de la perte auditive suet l’état de santé.

La plupart des personnes ayant une perte auditive pourraient recevoir un implant cochléaire.

Faux

L’implant cochléaire est une solution de dernier recours, car l’audition résiduelle est habituellement détruite lors de l’intervention chirurgicale. Le candidat idéal pour une implantation cochléaire doit donc présenter une surdité sévère ou une surdité profonde (surdité où la perception de la parole est presque impossible sans appareils auditifs). Il n’y a aucun critère d’âge pour un premier implant.

Au Québec, le plus jeune patient à avoir reçu un implant était âgé de 4 mois et demi, tandis que le plus vieux était âgé de 90 ans. Les candidats doivent, entre autres, avoir des attentes réalistes face à l’implant (ils ne doivent pas s’attendre à obtenir une audition « parfaite »), être motivés, avoir un état de santé permettant une chirurgie sous anesthésie générale et posséder un langage oral fonctionnel. Le critère le plus important est le suivant : on prévoit une amélioration significative des habiletés auditives (la capacité du patient à utiliser son audition).

Au Québec, les patients n’ont qu’un seul implant cochléaire.

C’était Vrai…mais c’est maintenant Faux.

Auparavant, et dans le but d’offrir cette technologie au plus grand nombre de patients possible, chaque patient ne pouvait recevoir qu’un seul implant cochléaire (sauf exception, comme les patients atteints de surdicécité). Depuis l’été 2012, les porteurs peuvent faire une demande pour obtenir un deuxième implant et ainsi profiter de l’audition binaurale (les deux oreilles sont stimulées) et de ses avantages, notamment la localisation sonore et l’amélioration de la compréhension de la parole dans le bruit. Pour être admissibles, les candidats doivent de nouveau être évalués par l’équipe et répondre à certains critères.

L'auteure:

 

Dans un objectif de conformité, les termes appareils auditifs sont préférés
à ceux de prothèses auditives.