Les attentes des proches face à l’appareillage auditif

31 octobre 2013, par Karl Drouin

LES ATTENTES DES PROCHES FACE À L’APPAREILLAGE AUDITIF

Les personnes qui consultent dans les cliniques Lobe Santé auditive et communication ont souvent été référées par un proche ou par un membre de leur famille. En effet, certains signes peuvent laisser croire qu’une personne est atteinte de surdité (le volume de la télévision est plus élevé, sa compréhension en milieu bruyant est mauvaise, elle fait répéter à maintes reprises, etc.).

La personne touchée par une perte auditive n’est pas toujours consciente de son problème, puisque la baisse d’audition survient généralement de façon graduelle ou encore parce que la personne malentendante ne veut pas se l’avouer. La première étape à franchir lorsqu’on soupçonne une surdité est le test d’audition en cabine effectué par un audiologiste. Cet examen détermine le degré et la nature de la perte auditive. Si l’examen révèle une perte d’audition, le patient rencontre le médecin ORL qui détermine si cette surdité peut être réglée de façon chirurgicale ou médicale. Si ce n’est pas le cas, l’appareillage auditif est alors recommandé.

Les gens qui entourent la personne malentendante croient à tort que le port d’appareils auditifs réglera l’ensemble du problème d’audition. On entend souvent : « Tu portes des appareils auditifs et tu n’as pas compris ! » En fait, le rendement obtenu avec l’appareillage auditif sera déterminé par un ensemble de facteurs tels : le degré de la surdité, l’origine de la perte auditive (oreille moyenne, oreille interne ou perte mixte), l’état du nerf auditif, le niveau de technologie des appareils auditifs choisis, l’appareillage binaural ou monaural (un ou deux appareils auditifs), l’entretien de ceux-ci, l’état cognitif du malentendant (mémoire ou autres problèmes) et sa capacité à bien manipuler ses appareils auditifs.

Pour bien comprendre les différents facteurs qui influencent le rendement obtenu avec des appareils auditifs, nous recommandons que la personne malentendante soit accompagnée par au moins un membre de sa famille lors des rencontres avec l’audioprothésiste. Ainsi, les explications sont mieux comprises et les attentes demeurent plus réalistes pour tous.

Les appareils auditifs sont d’une aide précieuse pour permettre à la personne malentendante de retrouver une meilleure qualité de vie. Si elle n’est pas traitée, la perte auditive peut conduire à une diminution de la participation aux activités sociales et parfois même à l’isolement.

Si vous désirez obtenir plus d’information sur le sujet, n’hésitez pas à consulter un audioprothésiste qui exerce dans les cliniques multidisciplinaires Lobe Santé auditive et communication.
Références :
  • Fondation canadienne de l’ouïe, www.fondationdelouie.ca
  • Gerontological Society of America, www.geron.org