Les acouphènes et les jeunes

4 juin 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

L’acouphène est défini comme étant la perception d’un son en l’absence d’une stimulation acoustique extérieure. Il s’agit d’un symptôme qui touche de 10 à 15 % de la population et pouvant apparaître à tout âge.

Quelques statistiques

La prévalence de personnes ayant un acouphène augmente avec l’âge. Certaines études rapportent que le pourcentage de la population ayant un acouphène atteint son maximum vers l’âge de 69 ans et qu’après cet âge, il y aurait une diminution de la prévalence avec l’avancée en âge. Donc, moins de jeunes auraient ce symptôme par rapport aux personnes plus âgées.

Les répercussions

Plusieurs études ont été réalisées pour vérifier s’il y avait un lien entre le dérangement lié à l’acouphène et l’âge. Les résultats sont variables d’une étude à l’autre. Certaines études n’ont révélé aucun lien entre l’âge et la perception de la sévérité de l’acouphène. D’autres ont mesuré une corrélation positive entre l’augmentation de la gêne liée à l’acouphène et le vieillissement. Quelques études ont démontré que le plus haut niveau d’inconfort serait aux alentours de 50 ans. Avec l’hétérogénéité des résultats des études, il est difficile de trouver une réponse claire à cette question. Ceci peut signifier que la souffrance liée à l’acouphène ne dépendrait pas nécessairement de l’âge, mais plutôt de la capacité de l’individu de s’adapter à la condition.

Quoi faire pour prévenir les acouphènes ?

L’exposition au bruit, comme l’écoute de musique forte, un emploi dans un milieu bruyant ou des sorties dans des bars où la musique est forte, est un facteur de risque pour l’apparition d’un acouphène. En effet, la prévalence de l’acouphène est plus importante chez les personnes qui sont exposées à des bruits de fortes intensités dans leurs loisirs ou leur travail. Nous avons tendance à croire que les jeunes écoutent de la musique de plus en plus forte. Si tel est le cas, la prévalence des acouphènes chez les jeunes pourrait alors augmenter dans les prochaines années. Pour diminuer les possibilités d’avoir un acouphène, il suffit de limiter les expositions au bruit fort ou de se protéger les oreilles durant ces moments, par exemple en utilisant un casque antibruit.

Consultez un audiologiste pour en apprendre davantage !

Chloé Beaulieu-Robert, M.P.A.
Audiologiste exerçant aux cliniques Lobe de Saint-Augustin-
de-Desmaures et de Pont-Rouge

 

 

Références :
– Mahboubi, H., Oliaei, S., Kiumehr, S., Dwabe, S., et Djalilian, H. R. The prevalence and characteristics of tinnitus in the youth population of the United States. The Laryngoscope, 123(8), 2001-2008.
– McCormack, A., Edmondson-Jones, M., Somerset, S., et Hall, D. A systematic review of the reporting of tinnitus prevalence and severity. Hearing research, 337, 70-79. 2016.
– Shargorodsky, J., Curhan, G. C., et Farwell, W. R. Prevalence and characteristics of tinnitus among US adults. The American journal of medicine, 123(8), 711-718, 2010.
– Autres références fournies sur demande