Le silence oui, mais…

9 mai 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

Entendre les sons et les interpréter permet d’y réagir. Ce sens est toujours actif et nous garde en alerte sur le monde. Les enfants doivent stimuler leurs sens. Mais que voulons-nous pour nos enfants, du silence ou une stimulation sonore ?

L’importance du silence

En musique et pour la communication, le silence est un des éléments les plus importants. Il donne le rythme et ponctue. C’est ainsi qu’il rend audible et compréhensible la parole, en permettant un temps d’arrêt entre les sons. De plus, les moments de calme permettraient de diminuer le niveau de stress. Avec les enfants, on peut jouer au silence, en utilisant différentes stratégies de communication autres que la parole. Vous en ressentirez tous les bienfaits !

La musique et l’audition

Depuis quelques années, il est de plus en plus accessible d’écouter de la musique, que ce soit sur un baladeur numérique, une tablette ou un ordinateur. Cela donne facilement accès aux enfants à l’univers de la musique. L’éveil aux sons et à la musique dès le jeune âge permet de développer l’écoute et le langage, tant que le volume reste sécuritaire. En effet, il est connu que la musique peut devenir un risque d’atteinte auditive en raison des niveaux sonores excessifs et du temps d’utilisation. Une bonne gestion de la durée et de la force du son permet de diminuer le risque et de garder ce loisir bénéfique au développement des enfants. Exposons les enfants à la musique, mais à un volume sécuritaire.

Comment développer les capacités auditives des enfants ?

L’enfant doit être soumis à différents stimuli sonores pour bien développer ses capacités auditives et éventuellement faire des apprentissages scolaires normaux. D’ailleurs, pour percevoir et distinguer la parole dans le bruit, l’enfant doit pratiquer ses fonctions auditives, dont la mémoire auditive. Il pourra ainsi séparer les mots en syllabes, les répéter à voix haute, fredonner et ressentir des émotions. Personne ne reste insensible devant une mélodie de son enfance : cela fait partie du développement.

Et l’attention auditive là-dedans ?

L’attention auditive nécessite que l’enfant soit disponible à entendre des sons. Ensuite, il doit développer ses capacités pour pouvoir rester concentré et écouter. Il est essentiel de montrer aux enfants à diriger leur attention auditive. On peut les faire pratiquer à se concentrer et à rester alertes sur certaine information auditive plutôt que sur une autre non essentielle. On doit leur apprendre à prioriser l’information à écouter. Par exemple, en classe, l’enfant doit apprendre à ne pas écouter le bruit dans le corridor, mais à rester concentré sur la voix de son enseignant. C’est ainsi que la majorité des enfants développeront des capacités auditives efficaces pour écouter en classe.

De plus, certains enfants qui ont eu des otites chroniques et donc une diminution temporaire de leur audition peuvent avoir de moins bonnes capacités auditives, surtout dans le bruit. En effet, lors de la présence de liquide dans l’oreille moyenne, la stimulation auditive n’est pas optimale, ce qui peut amener des retards dans le développement des capacités auditives, surtout pour les contextes de classe. Un bilan auditif avec un audiologiste avant l’entrée à l’école pourrait s’avérer nécessaire afin de s’assurer que l’audition est adéquate pour bien comprendre en classe.

Pour en connaître davantage, consultez un audiologiste.

Julie Baril, M.P.A.
Audiologiste exerçant aux cliniques Lobe de Montréal — Saint-Léonard et Rosemont