L’asthme

31 juillet 2015, par Émilie Bédard
Photo asthme
L’asthme est la maladie pulmonaire la plus fréquente au Canada. Elle touche près de 2,5 millions de Canadiens et 600 000 Québécois, et sa prévalence est en augmentation dans les pays industrialisés. Il s’agit d’une maladie respiratoire chronique qui se caractérise par des symptômes associés à une obstruction et une hypersensibilité des bronches, ce qui cause l’inflammation de celles-ci. Cette inflammation rend les muscles autour des bronches plus sensibles et ceux-ci réagissent en se contractant (bronchoconstriction).

Lorsque les bronches sont inflammées et contractées, il reste moins d’espace pour laisser l’air circuler, ce qui se manifeste par divers symptômes tels qu’une respiration sifflante, l’essoufflement, la toux, une oppression thoracique et des sécrétions de mucus.

Les causes de l’asthme

Les causes exactes de l’asthme ne sont pas encore bien définies, mais il semblerait que la maladie soit la conséquence de plusieurs facteurs génétiques et environnementaux. Divers éléments peuvent déclencher les symptômes de l’asthme comme des facteurs irritants (fumée, poussière, air froid), des facteurs inflammatoires (allergènes, infections respiratoires) ou d’autres facteurs (exercice physique, reflux gastro-œsophagien). Chaque personne réagit différemment à ces déclencheurs; il est donc important de les identifier afin de réduire l’exposition à ces éléments.

Le traitement de l’asthme

L’implication du patient dans son traitement et la compréhension de sa maladie sont la meilleure façon de prendre en charge l’asthme. Le traitement vise deux composantes, soit l’inflammation et la bronchoconstriction. Les corticostéroïdes inhalés, communément appelées « les pompes pour l’asthme », (ex. : Flovent®) constituent la pierre angulaire du traitement de l’asthme et sont utilisés de façon régulière. Ils permettent de prévenir les symptômes, d’éviter les aggravations et ils réduisent les hospitalisations et la mortalité.

Il existe aussi d’autres types ou combinaisons de médicaments qui peuvent être utilisés en traitement d’appoint. Si vous désirez plus d’information concernant le traitement de l’asthme, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

Pour leur part, les bronchodilatateurs inhalés agissent sur les muscles des bronches et favorisent leur relâchement. Les bronchodilatateurs à courte action (ex. : Ventolin®) sont des médicaments de secours et sont utilisés en cas de crise d’asthme ou en prévention de l’asthme causé par l’exercice physique. Le fait de devoir utiliser ce type de médicament plus de trois fois par semaine (excluant la prise d’une dose par jour avant un effort physique) indique que l’asthme est mal contrôlé.

Références :
– ASSOCIATION PULMONAIRE DU QUÉBEC. « L’asthme », [en ligne], [http://pq.poumon.ca/diseases-maladies/asthma-asthme/], page consultée le 2 novembre 2014.
– ROULEAU R. «  Mise à jour du traitement de l’asthme  », Québec Pharmacie, vol. 52, n° 9, octobre 2005.