La surdité liée à l’exposition au bruit

15 novembre 2011

La surdité liée à l’exposition au bruit

Nombre de personnes souffrent d’une surdité en lien avec l’exposition au bruit, que ce soit en raison d’un travail ou encore en raison de loisirs bruyants. Ce type de surdité est souvent un sujet tabou et méconnu.

Le fonctionnement de l’oreille et la surdité

Pour mieux saisir l’effet du bruit sur l’audition, il importe de bien comprendre le fonctionnement de l’oreille. Le son est d’abord capté par le pavillon de l’oreille, puis dirigé dans le fond du conduit auditif pour ensuite faire vibrer le tympan. En faisant vibrer ce dernier, les osselets qui y sont rattachés bougeront pour finalement s’appuyer sur la fenêtre ovale, qui est en réalité l’entrée de l’oreille interne. La pression exercée sur celle-ci fera se déplacer les liquides de l’oreille interne et les petites cellules qui s’y trouvent (les cellules ciliées). Un influx nerveux est alors transmis jusqu’au cerveau par le nerf auditif

La surdité liée à l’exposition au bruit

La perte auditive

La perte auditive liée à l’exposition au bruit affecte les cellules ciliées de l’oreille interne. Ces dernières ressemblent à des poils. Avec le temps, elles deviennent moins abondantes et d’autres sont endommagées. Il s’ensuit alors une surdité avec tous ses impacts insidieux.

La surdité est souvent précédée par l’apparition d’acouphènes, cet écho infernal qu’on entend, ce bruit qui fait que le silence n’existe plus. Celui-ci devient alors un signal d’alarme. Par ailleurs, un des premiers symptômes ressentis est la fatigue auditive, cette sensation voilée que nous avons lorsque l’on sort d’une discothèque. Après une période de repos plus ou moins longue, la situation se rétablit. Toutefois, avec le temps, lorsque l’exposition au bruit est répétée et prolongée, la perte auditive demeure.

On compare souvent la perte auditive liée au bruit à « l’analogie du brin d’herbe ». Pendant l’été, lorsqu’on laisse un objet sur la pelouse pendant un long moment, les brins d’herbe se couchent. Puis, si on laisse cet objet pendant quelques jours, la pelouse jaunit, mais elle finit par se rétablir. Si on laisse en place l’objet pour presque tout l’été, la pelouse en dessous meurt.

Les facteurs d’influence

La perte auditive dépend des niveaux d’exposition au bruit. Plus les niveaux d’exposition sont élevés, plus les risques d’atteinte à l’audition sont grands. De plus, la durée d’exposition est également un facteur prédisposant. En fait, plus le temps d’exposition est long, plus les risques de subir des dommages auditifs augmentent. En fait, selon la CSST, il est considéré comme sécuritaire de s’exposer à un bruit de 90 dB pendant 8 heures, alors que selon l’Organisation mondiale de la santé, il est sécuritaire de s’exposer à un bruit maximum de 75 dB pendant 8 heures.

D’autre part, certaines prédispositions personnelles, une forme de fragilité, feront en sorte que pour un même environnement de travail et un même temps d’exposition, une personne aura des dommages à l’audition plus importants qu’une autre.

Finalement, le mot d’ordre pour préserver son audition est d’utiliser des protecteurs auditifs.

Visitez le blogue de Lobe en cliquant dès maintenant ici.