La surdicécité : voir et entendre la vie autrement

28 avril 2016, par Karine Page
surdicecite
L’être humain naît avec cinq sens : la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût. Tous les cinq jouent un rôle différent et bien précis. À eux cinq, ils fournissent quantité d’information essentielle pour interpréter et vivre les situations du quotidien.

Malheureusement, il arrive qu’un ou plusieurs sens fonctionnent mal chez certaines personnes. Elles doivent ainsi composer avec une perception sensorielle plus limitée que la plupart des gens. Lorsqu’une même personne a une atteinte sensorielle à plus d’un sens, les contraintes sont d’autant plus grandes.

La surdicécité

La surdicécité est l’atteinte sensorielle caractérisée par une perte de l’ouïe et de la vue. Cette combinaison de dégénérescences se manifeste de diverses façons, et la gravité de la perte pour chacun des deux sens peut aussi varier (légère, modérée ou sévère). Ces altérations sensorielles peuvent être congénitales (présentes à la naissance) ou apparaître avec l’âge. À ce jour et malgré les avancées médicales, le taux de prévalence de cette maladie s’élève à 30 % au Canada. Par ailleurs, on recense une détérioration causée par le vieillissement chez 80 % des personnes touchées.

Pallier le manque d’information visuelle et auditive

Par exemple, une personne qui présente une perte auditive qui nuit seulement à sa compréhension aura le réflexe naturel de compenser l’information auditive manquante à l’aide de ses autres sens (ex. : aller chercher de l’information visuelle en lisant sur les lèvres).

Or, la surdicécité présente des difficultés supplémentaires pour la personne en souffrant, et ce, même s’il existe plusieurs dispositifs pour pallier ce déficit. En effet, la personne est à la fois privée d’information auditive et visuelle, ce qui rend difficile pour elle (voire impossible) de compter sur l’information visuelle pour compenser la perte d’information auditive, ou vice versa.

Cette privation sensorielle occasionne de graves difficultés de communication qui privent la personne atteinte de son autonomie au quotidien. Cela entraîne un besoin d’isolement grandissant, ainsi qu’un manque d’intérêt marqué à participer à des activités sociales.

Pour obtenir plus d’information sur la surdicécité et sur les façons de maximiser le potentiel auditif de la personne atteinte, consultez un professionnel de la santé auditive.


Voici quelques trucs pour faciliter et optimiser les interactions sociales et l’autonomie d’une personne atteinte de surdicécité :

  • Encouragez-la à participer activement à toutes les tâches et activités qu’elle est en mesure de faire, même s’il lui faut plus de temps et de concentration. Offrez-lui votre aide au besoin, sans toutefois « le faire pour elle »;
  • Amenez-la consulter un audiologiste et un audioprothésiste. L’appareillage auditif permettra de maximiser son potentiel auditif. Sachez que dans les cas de surdicécité, la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) défraie le coût de deux appareils auditifs adaptés à la perte d’audition;
  • Demandez l’aide d’un tiers ou d’une personne de soutien;
  • Assurez-vous que son domicile est adapté à sa condition, et qu’elle a accès à des aides de suppléance à l’audition (ASA) telles qu’un téléphone adapté, un réveille-matin vibrant, un récepteur lumineux indiquant une alarme de feu ou une sonnerie de porte.


 

Références :
  1. Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ),  « Surdicécité ». Consulté en ligne en novembre 2015 : irdpq.qc.ca/nos-services/readaptation/enfants-et-adolescents/surdicecite.
  2. Institut Nazareth & Louis Braille (juillet 2012). « La communication entre personnes ayant une surdicécité : comment la faciliter? ». Consulté en ligne en novembre 2015 à : inlb.qc.ca/wp-content/uploads/2015/01/communication-entre-personnes-avec-surdic–cit–.pdf
  3. Institut Raymond-Dewar. Centre de réadaptation spécialisé en surdité et communication, (2008) « Les hallucinations et les pertes sensorielles ». Consulté en ligne en novembre 2015 à : raymond-dewar.qc.ca/doc/hallucinations_pertes_sensorielles.pdf