Conseils pour la plongée

15 mai 2011
Au Québec, la plongée sous-marine gagne en popularité et de plus en plus d’adeptes s’adonnent à ce sport nautique. Pratiquer la plongée comporte certains risques qui peuvent être évités en étant vigilant. Il suffit d’écouter ce que vos oreilles vous disent.

La plongée : pas pour tout le monde !

Dans un premier temps, il est important de savoir que la plongée est contre-indiquée pour certaines personnes. Les recommandations de votre médecin à cet égard doivent être respectées. Voici donc quelques contre-indications otologiques à la pratique de ce sport nautique :

  • perforation des tympans et présence de tubes transtympaniques
  • antécédents de chirurgie aux oreilles
  • antécédents de fistules périlymphatiques
  • problèmes d’équilibrage des pressions de l’oreille (dysfonction tubaire)
  • otites de l’oreille moyenne
  • congestion nasale due à un rhume, des allergies ou autre

En plongée, plusieurs incidents de gravité différente peuvent survenir, allant de la banale douleur passagère à une atteinte irréversible. L’accident le plus fréquent noté en plongée est le barotraumatisme de l’oreille. Il survient en raison de changements des pressions dans l’oreille.

La plongée : vos oreilles vous parlent. Écoutez-les !

On peut également avoir tout simplement des ecchymoses dans le conduit auditif (oreille externe). Sur le plan de l’oreille moyenne, une otite peut survenir (accumulation de liquide derrière le tympan), généralement causée par un mauvais équilibrage des pressions. On peut aussi avoir du sang au niveau du tympan ou une accumulation derrière la membrane tympanique, qui se présente plutôt comme un saignement. Le tympan peut se perforer et le mouvement des osselets peut être perturbé. Dans cette situation, une surdité sera généralement sous-jacente, mais peut, dans la plupart des cas, être réversible. Finalement, l’oreille interne peut également être atteinte. À ce moment, une surdité peut être induite, souvent permanente, ou encore on dénotera des problèmes d’équilibre (vertiges).

Mieux vaut prévenir que guérir !

Afin d’éviter un barotraumatisme, il est nécessaire d’équilibrer les pressions de chaque côté du tympan. En fait, lors d’une descente en plongée, une pression est exercée sur le tympan, provoquant ainsi une rétraction de la membrane tympanique vers l’intérieur. L’ouverture de la trompe d’Eustache est nécessaire pour laisser entrer de l’air, équilibrer les pressions entre l’oreille externe et l’oreille moyenne et replacer le tympan à sa position initiale.

Méthode Valsalva

La méthode la plus souvent utilisée pour ouvrir la trompe d’Eustache se nomme : Valsalva. Cette dernière pourrait être décrite comme suit : « souffler de l’air dans nos oreilles en se pinçant le nez ».

La plongée : vos oreilles vous parlent. Écoutez-les !

On doit équilibrer les pressions fréquemment lors de la descente surtout dans les dix premiers mètres, là où les changements de pressions sont les plus importants. Si l’équilibrage des pressions est impossible, il vaut mieux remonter, équilibrer, puis redescendre. On sait que nous avons débloqué nos oreilles lorsque l’on sent un « plouc ! ». Si l’équilibrage n’est toujours pas effectué adéquatement, il devient plus sage de mettre fin à notre plongée.

Pour plus de détails, consultez votre audiologiste ou encore discutez avec votre médecin de famille ou votre médecin ORL.

Visitez le blogue de Lobe en cliquant dès maintenant ici.

Références :
- Open water diver manual, PADI, 260 p.
- MILLS, R., D.A. NUNEZ et S.C. TOYNTON. Ear Trauma, chap. 237, Scott-Brown.
- http://plongee.amiral.free.fr/formation/niveau4/barotraumatismes_des_oreilles.htm