Les moyens de gestion de l’acouphène

30 juin 2014

Bruit dans l'oreille

L’acouphène est un son ou un bruit (sifflement, bourdonnement, tintement, etc.) perçu par une oreille, les deux oreilles ou au centre de la tête en l’absence d’une source sonore externe. Il est présent chez 8 % de la population. Certaines personnes s’y habituent et n’y prêtent pas attention, alors que d’autres sont dérangées par celui-ci. Divers moyens de gestion de l’acouphène sont possibles dans le but de modifier notre réaction et d’augmenter notre tolérance à ce dernier.

L’enrichissement sonore

L’enrichissement sonore est une méthode qui consiste à ajouter un bruit à l’environnement sonore afin d’éviter d’être dans le silence et ainsi détourner l’attention de l’acouphène. Il peut s’agir simplement d’activer un ventilateur, un déshumidificateur ou d’ouvrir une fenêtre. L’utilisation d’un lecteur MP3 ou de générateurs de sons modulables tels que des appareils auditifs (en l’absence d’une perte auditive) est également une option possible. L’important est de choisir un bruit qui soit agréable à écouter et qui n’amène aucune émotion négative. Le volume du son ne doit pas être trop élevé. L’acouphène doit toujours être légèrement perçu, permettant ainsi de s’habituer progressivement à sa présence. L’appareillage auditif lors d’une perte auditive peut également servir d’enrichisseur sonore. Il réduit d’ailleurs le dérangement lié à l’acouphène chez beaucoup de malentendants.

Les techniques de relaxation et de gestion du stress

Les techniques de respiration et de visualisation sont des exemples de moyens qui permettent de se détendre. En réduisant le niveau de stress, on agit indirectement sur le dérangement lié à l’acouphène.

Les saines habitudes de vie

Éviter les agents stressants (cigarette, caféine, etc.), avoir de bonnes habitudes de sommeil, bien s’alimenter (réduire sa consommation en sodium, en sucre et en gras), faire de l’activité physique et avoir des loisirs sont des habitudes qui peuvent apporter des améliorations notables à la gestion de l’acouphène.

La médication

Les médicaments utilisés sont principalement des antidépresseurs, des anxiolytiques et des somni­fères. Ceux-ci agissent sur le stress, l’anxiété et le sommeil, ce qui a un effet indirect sur l’acouphène. Toutefois, ils peuvent créer une dépendance à long terme. Il faut donc les utiliser avec prudence et suivre les conseils du médecin à cet effet.

Les méthodes alternatives 

Bien que ces méthodes soient parfois controversées, elles peuvent favoriser le bien-être et réduire l’intolérance à l’acouphène chez certaines personnes. Il s’agit, entre autres, de l’hypnose, de l’homéopathie, de l’acuponcture, etc.

Si vous avez de la difficulté à vivre avec votre acouphène, n’hésitez pas à consulter un audiologiste qui exerce dans l’une des cliniques Lobe Santé auditive et communication pour effectuer une évaluation de votre audition. À la suite de celle-ci, l’audiologiste vous orientera vers les diverses ressources appropriées selon votre région.

Références :
  • SHARGORODSKY, J., G.C. CURHAN et W.R. FARWELL (2010). « Prevalence and Characteristics of Tinnitus among US Adults », American Journal of Medicine123: 711-718.
  • SWEETOW, R.W., et J. HENDERSON SABES (2010). « An overview of common procedures for the management of tinnitus patients », The Hearing Journalvol. 63, n° 11, p. 11-15.
  • L.S. CENTORE (2010). « A guide to pharmacologic management of target symptoms of severe tinnitus », The Hearing Journal, vol. 63, n° 11, p. 36-42.