L’utilisation du Ritalin pour le traitement du TDA-​H

15 août 2011

L’utilisation du Ritalin® pour le traitement du TDA-H

L’un des médica­ments les plus con­nus est le ­Ritalin®. Il peut être utilisé autant chez l’enfant que chez l’adulte afin de traiter le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyper­activité (nommé par l’abréviation TDA-H). L’ingrédient actif contenu dans le comprimé de Ritalin® est le méthylphénidate. Beaucoup de questions sont soulevées quant à son utilisation, laquelle a connu un essor fulgurant au cours des deux dernières décennies.

Le Ritalin® est commercialisé depuis 1954. Le chimiste Leandro Panizzon est celui qui synthétisa la molécule. Il s’inspira du prénom de son épouse, Rita, pour nommer sa découverte. Le Ritalin® a d’abord été utilisé pour traiter la dépression et la fatigabilité chronique. C’est dans les années 1960 qu’on commença à l’utiliser pour traiter les enfants et les adultes atteints du TDA-H. On retrouve maintenant cet ingrédient dans des comprimés à longue action (à prise unique quotidienne) sous le nom de Concerta® ou Biphentin®.

Les personnes atteintes du TDA-H présentent une difficulté à se concentrer et à terminer des activités plus ou moins complexes. Elles ont souvent du mal à rester en place et elles agissent fréquemment de façon impulsive.

Bien sûr, ces comportements peuvent être présents chez tous les êtres humains, mais chez les personnes atteintes du TDA-H, ils sont présents de façon anormalement prononcée et prolongée. Ces symptômes apparaissent aussi dans toutes les situations de la vie (pas uniquement à l’école ou uniquement à la maison, par exemple).

La stimulation cérébrale que provoque le Ritalin® semble permettre le passage de messages entre les cellules nerveuses du cerveau. Il permet ainsi d’améliorer la concentration, la mémoire, le contrôle de la frustration et de la colère. L’introduction de ce médicament doit se faire de façon graduelle (lente augmentation du dosage) afin de diminuer l’apparition d’effets secondaires (les plus fréquents sont la perte d’appétit, les troubles de sommeil et l’irritabilité). Les nouveaux comprimés à longue action permettent aussi de bien contrôler les symptômes tout en facilitant la prise du médicament.

Par contre, le traitement du TDA-H ne doit pas seulement se faire par la médication. Une approche psychosociale permet de faciliter l’adaptation du patient : un horaire bien organisé ou l’ajout d’une formation supplémentaire au besoin. Enfin, il existe aussi un programme destiné aux parents et aux intervenants scolaires « Attentix » développé par un psychologue de Québec (www.attentix.ca). D’autre part, il est important de bien distinguer le TDA-H du trouble de traitement auditif (TTA), qui partagent entre eux des similitudes comportementales, et ce, afin de s’assurer du meilleur traitement.

Il existe une controverse quant à l’utilisation grandissante du Ritalin® depuis le début des années 1990. Pour certains, l’explosion de la demande de ce médicament serait due à une insistance de l’entourage du patient. Cela devrait être justifié par une augmentation croissante des cas de TDA-H. Or, il semble que ce problème de comportement ne soit pas significativement plus répandu qu’avant.

Pour d’autres, l’augmentation de l’usage du Ritalin® s’explique par une meilleure connaissance de la maladie et, donc, un meilleur diagnostic. Le diagnostic du TDA-H doit comprendre plusieurs évaluations afin d’éliminer d’autres problèmes : dépression, anxiété, surdité. Les observations des parents et des professeurs jouent un rôle important.

Les inconvénients et les avantages du traitement du TDA-H avec le Ritalin® sont multiples. L’important est donc d’en limiter l’usage aux enfants qui en ont un réel besoin. Le traitement du TDA-H permet d’assurer un fonctionnement social adéquat, et l’utilisation des médicaments demeure une solution parmi d’autres. Pour plus d’information, n’hésitez pas à consulter votre pharmacien.

Visitez le blogue de Lobe en cliquant dès maintenant ici.

Références :
– RIOUX-SOUCY, Louise-Maude. Article paru dans Le Devoir du 11 juin 2005 : lien Internet consulté le 13 juin 2011 [http://www.ledevoir.com/societe/84019/du-ritalin-pour-la-vie].
– Site Internet Centre l’étape du bassin de Maskinongé – Centre communautaire d’intervention en dépendance, consulté le 13 juin 2011 [http://www.etape.qc.ca/drogues/ritalin.htm].
– Site Internet de Wikipédia (méthylphénidate), consulté le 13 juin 2011
[http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thylph%C3%A9nidate].