Appareils auditifs – discrimination auditive

28 mai 2012

Lobe, appareils, auditifs, discrimination, rendement

L’effet négatif d’une baisse de la discrimination auditive sur le rendement de vos appareils auditifs

Lors de l’appareillage auditif, certains obstacles peuvent influencer le résultat attendu (appareils auditifs + % de discrimination = résultat attendu). L’un d’entre eux est la baisse de la discrimination auditive qui est représentée en pourcentage sur votre résultat d’examen d’audition.

Pour arriver à ce pourcentage, l’audiologiste fait entendre plusieurs mots au patient et il doit les répéter.   Le but de ce test est d’évaluer la capacité du patient à reconnaître les mots à un niveau sonore confortable et donc à déterminer la clarté des mots à l’oreille du patient. Typiquement, l’audiologiste se sert d’une liste de 25 monosyllabes. Chaque fois que le patient fait une erreur en répétant un mot, on soustrait 4 %.

Échelle de qualification de la discrimination (cette échelle peut varier selon l’auteur) :

Excellente discrimination : 90 % et plus
Très bonne : de 80 % à 89 %
Bonne : de 70 % à 79 %
Passable : de 50 % à 69 %
Faible : de 20 % à 49 %
Quasi nulle : de 0 % à 19 %

La baisse de la discrimination auditive se traduit par la difficulté à faire la différence entre divers sons de la parole. Ainsi, certains mots peuvent être déformés ou altérés. Pour illustrer le tout, supposons que vous écoutez votre chaîne de radio préférée et que la réception est mauvaise. Le fait d’augmenter le volume n’éliminera pas la distorsion du son. Le même phénomène s’applique pour une personne malentendante dont la discrimination auditive a diminué.

Prenons l’exemple d’une perte auditive typique que l’on retrouve chez plusieurs malentendants où les hautes fréquences sont affectées et les basses fréquences sont normales. Si on analyse la structure fréquentielle du mot chapeau, les phonèmes « ch » et « p » sont des phonèmes aigus (hautes fréquences) et les phonèmes « a » et « eau » sont composés de basses fréquences. La personne malentendante aura donc de la difficulté à percevoir le « ch » et le « p ». La figure ci-dessous illustre le concept.

L’effet négatif d’une baisse de la discrimination auditive sur le rendement de vos appareils auditifs

À la suite des résultats de votre évaluation auditive effectuée par l’audiologiste, l’audioprothésiste sera donc en mesure de vous expliquer les bénéfices attendus avec vos appareils auditifs. Le rôle de ces derniers est de maximiser l’audition résiduelle, c’est-à-dire de stimuler les parties intactes du système auditif et non de le réparer.

Pour les malentendants ayant une baisse de la discrimination auditive, il est important d’être informés des solutions particulières qui leur permettront de maximiser leur audition résiduelle. Parmi celles-ci, l’utilisation de deux appareils auditifs (appareillage binaural), le choix d’appareils auditifs ayant un niveau de technologie plus avancée et l’utilisation des stratégies d’écoute et de communication permettront d’aller chercher le maximum d’information dans l’environnement sonore.

En conclusion, lorsqu’un patient présente une baisse de la discrimination auditive, celui-ci devra avoir des attentes réalistes face aux résultats de son appareillage auditif.

Pour en savoir davantage, n’hésitez pas à consulter un audioprothésiste qui exerce dans les cliniques Lobe Santé auditive et communication.

Visitez le blogue de Lobe en cliquant dès maintenant ici.

Références :
– LESHOWITZ, B., et R. LINDSTROM (1979). « Masking and speech-to-noise ratio », Audiol. Deaf Educ. 6, 5-8.
– PLOMP, R., et A.M. MIMPEN (1979). « Speech-reception threshold for sentences as a function of age and noise level », J. Acoust. Soc. Am. 66, 1333-1342