L’autisme et les troubles de l’audition

11 juin 2013, par Émilie Bédard

L’autisme fait partie de la famille des troubles envahissants du développement (TED). Les TED toucheraient entre 90 à 120 personnes sur 10 000, soit environ 1 % de la population. Ces troubles se manifestent habituellement durant les trois premières années de l’enfance, et les garçons seraient davantage touchés par l’autisme que les filles.

Les TED ne sont pas des maladies mentales, mais résulteraient plutôt d’altérations dans la perception et le traitement de l’information. Ces troubles entraînent des déficits principalement dans les sphères de la communication verbale et non verbale, des interactions sociales et des fonctions cognitives. Il y aurait une hypersensibilité ou hyposensibilité à certains stimulis sensoriels (auditif, visuel, olfactif, gustatif et tactile). Bref, les personnes atteintes d’autisme percevraient ces stimulis différemment, et ce, malgré un fonctionnement parfaitement normal du sens en question.

Les troubles de l’audition sont fréquents chez les enfants autistes. Même si la prévalence exacte n’est pas clairement établie, certaines études estiment que 33 à 46 % des enfants autistes auraient des troubles auditifs divers autres que la surdité.

Les altérations auditives observées sont souvent à l’origine des premières interrogations des parents et constituent le premier motif de consultation puisque l’enfant ne réagit pas aux bruits très forts et ne répond pas à son prénom.

Plus précisément, certains entendent les sons de manière exagérée ou pas du tout malgré une acuité auditive normale. Ils peuvent réagir aux bruits très faibles que l’entourage ne peut percevoir. En effet, les enfants autistes sont en général plus sensibles aux basses fréquences comme le bruit du réfrigérateur. Cette sensibilité peut les mener à fuir certains sons, à y réagir de manière bizarre ou à les rechercher de manière répétitive.

La présence de troubles auditifs joue un rôle crucial dans le portrait clinique et le pronostic de ces enfants. En effet, ces anomalies peuvent exacerber les problèmes de communication et interférer avec les capacités linguistiques. L’évaluation précoce ainsi qu’une prise en charge rapide sont des facteurs déterminants dans l’évolution de l’enfant autiste.

Références :
– DUMONT-BEAUVILLE S. « Les particularités sensorielles chez les personnes atteintes d’autisme », Journée Mondiale de l’Autisme
de l’Association Autisme PACA : Sanary sur mer, 2 avril 2011.
– Fédération Québécoise de l’autisme. [En ligne], [http://www.autisme.qc.ca/accueil.html], page consultée le 15 mars 2013.
– HITOGLOU M., et al. (2010). « Childhood Autism and Auditory System Abnormalities », Pediatr. Neurol., 42 : 309-314.