Les particularités de l’appareillage auditif chez l’enfant

21 septembre 2012, par Cédric Bégnoche

Appareillage de l'enfant

Photo : © 2011 Siemens Appareils auditifs inc. Tous droits réservés.
L’appareillage auditif d’un enfant a des particularités qu’il est important de connaître. En effet, il faut toujours garder en tête que l’enfant, contrairement à l’adulte, utilisera ses appareils auditifs comme un outil d’apprentissage en général, mais aussi de développement du langage et de la parole.

Les appareils auditifs des enfants requièrent des ajustements propres à leurs besoins auditifs. Il importe donc d’amplifier le plus fidèlement possible la parole tout en tenant compte des sons de l’environnement. La méthode normative d’appareillage auditif s’appelle DSL (Desired Sensation Level). On s’assure ainsi que l’enfant capte le plus d’informations auditives possible, celles-ci étant primordiales à son développement du langage.

Il faut aussi tenir compte que l’enfant est en période de croissance. Il faut donc choisir des appareils auditifs pouvant s’adapter à la croissance du canal auditif du jeune malentendant. Ainsi, le modèle contour d’oreille (derrière l’oreille) est à favoriser. L’avantage principal de ce type d’appareils auditifs est que seul l’embout (partie moulée à l’oreille) doit être changé au fil du temps. Un enfant en bas âge pourra donc changer d’embouts de trois à quatre fois par année de façon à conserver l’étanchéité des appareils auditifs et éviter le silement (effet Larsen). De plus, un embout à matériel souple est fortement recommandé pour son aspect sécuritaire et confortable.

Un autre avantage du modèle contour d’oreille est sa compatibilité avec un système MF (système à modulation de fréquence constitué d’un transmetteur qui transmet la parole de l’enseignant directement à l’oreille de l’enfant à l’aide du récepteur branché aux appareils auditifs). La plupart des enfants malentendants ont besoin d’un excellent rapport signal/bruit pour leur apprentissage scolaire, car ceux-ci ont plus de difficulté à comprendre la parole en milieu bruyant. En classe, par exemple, le système MF sera d’une grande utilité pour pallier ce problème.

Lors de l’ajustement des paramètres du circuit numérique des appareils auditifs, l’audioprothésiste en effectue la configuration en fonction de l’âge et de la condition audiologique de l’enfant. Certains paramètres ont été conçus pour les adultes, par exemple les réducteurs de bruit. Toujours dans l’optique où l’on considère que l’enfant doit être le plus conscient possible de son monde sonore pour son développement, l’usage excessif d’un tel système n’est pas toujours recommandé. La technologie directionnelle (accent mis sur les sons qui proviennent de l’avant) doit elle aussi être bien dosée, et ce, pour les mêmes raisons.

Si vous avez des questions sur l’appareillage auditif chez l’enfant, n’hésitez pas à contacter un audioprothésiste qui exerce dans les cliniques multidisciplinaires Lobe Santé auditive et communication. 

De plus, l’audioprothésiste s’assure en tout temps que les parents comprennent bien la condition audiologique de leur enfant. Ils pourront ainsi l’appuyer dans ses démarches car, peu importe les techniques d’appareillage utilisées, le soutien à l’enfant provenant de l’entourage est un élément clé du succès de cette aventure.

Références :
– Feigin, J.A., et al. (1989). « Microphone measures of ear-canal sound pressure levels in infants and children », Ear Hear, 254-258.
– Kruger, B. (1987). « An update on the external ear resonance in infants and young children », Ear Hear, 8:333-336.
– Killion, M. (1997). « Hearing aids: Past, present, future: Moving toward normal conversation in noise », Brit. J. Audiol., 31:141-148.
– Crandell, C. (1993). « Noise effects on children with minimal sensorineural hearing loss », Ear Hear, 14:210-217.