L’âgisme dans notre société, une réalité grandissante

15 novembre 2010, par Martine Rodrigue
L’âgisme dans notre société, une réalité grandissante.Une nouvelle réalité sociale touche notre société moderne : le vieillissement de la population. Qui n’a pas entendu ou lu des propos alarmants sur ce phénomène ? Déjà les angoisses personnelles liées à la crainte du « déclin » nourries par des images âgistes, par des reportages sur les urgences engorgées par des malades âgés ne font rien pour rassurer les individus. Des prophètes de malheur, intellectuels et politiciens nous prédisent un avenir plus qu’inquiétant, exacerbant du coup des préjugés tenaces entre les générations.

L’âgisme affecte donc le citoyen âgé. La dévalorisation sociale force le désengagement sur le plan social, émotif et physique, en amenant plus d’un à renoncer à sa valeur comme citoyen actif. Malheureusement aussi, il arrive que le réseau social des aînés lui-même contribue au malaise en adhérant à une perception fausse de la réalité des aînés.

Nous assistons à une certaine forme de réaction d’impuissance de certains aînés. Ils se retirent lentement afin de répondre aux attentes que la société, à travers ses préjugés, a d’eux, faisant ainsi de nouvelles victimes de cette violence sociale.

Nous croyons que cette image négative du vieillissement est à l’origine de plusieurs formes d’abus et que nous devons revoir nos propres perceptions. Il faut veiller à favoriser le maintien de l’activité physique et intellectuelle, gage de santé. Il faut cultiver les réseaux de solidarité entre aînés et groupes d’aînés, mais aussi entretenir des relations intergénérationnelles profitables à tous et à toutes. Il faut briser cette violence provoquée par l’apparition de cloisonnements entre générations et contribuer ainsi au respect de la dignité humaine.

Pour en savoir plus sur vos droits, consultez la section « guides virtuels » du site de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse au ­www.cdpdj.qc.ca

L'auteure:

 

Dans un objectif de conformité, les termes appareils auditifs sont préférés
à ceux de prothèses auditives.