Jouets : le bruit et les oreilles des petits

10 novembre 2016
6-bruits_petits
Un drapeau est levé depuis plusieurs années concernant le danger des jouets sonores pour les oreilles des petits. Pourtant, certains produits disponibles dépassent encore les normes prescrites.

Les jouets ne sont pas tous aussi bruyants. Cependant, plusieurs le sont plus que souhaitable. À titre d’exemple, certains jouets musicaux et téléphones émettent un niveau de bruit semblable à celui d’une tondeuse à gazon, soit environ 90 dB1.

La nocivité du bruit

Ses effets sur l’organisme sont larges et bien connus. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un adulte exposé à un niveau de bruit de 75 dB est à risque de dommages auditifs permanents après 8 heures. Règle générale, un niveau de bruit plus élevé représente un risque plus rapidement. Ainsi, à un niveau de 90 dB, 15 minutes suffisent. Lorsqu’ils s’accumulent au fil des ans, les dommages auditifs peuvent occasionner une perte auditive. Le bruit peut notamment réduire la compréhension de la parole, générer du stress et éventuellement affecter le système cardiovasculaire. L’enfant pourrait être plus vulnérable que l’adulte aux effets du bruit2.

La loi protège-t-elle les petits ?

Les fabricants sont contraints de distribuer des jouets produisant 100 dB ou moins. Or, l’Organisation internationale de normalisation (ISO) recommande un maximum de 65 dB pour les jouets portés près de l’oreille et de 85 dB pour les autres. Actuellement, un jouet sécuritaire au sens de la loi peut être nocif, surtout s’il est porté à l’oreille et n’est pas confectionné pour cet usage. Malgré les efforts des professionnels, un nouveau projet de loi ne s’est pas concrétisé3 et les fabricants ne semblent pas tous mettre le mode sourdine (mute). Certains jouets récents dépassent même 100 dB lorsque portés à l’oreille1.

Quoi faire ?

Il revient pour l’instant aux consommateurs de choisir les jouets les plus sécuritaires.

Voici quelques conseils :

  • Si le bruit n’est pas un élément essentiel (hochet, poupée, camion, etc.), préférez un jouet silencieux ou enlevez la pile.
  • Si le bruit est essentiel, ajustez le volume au minimum si possible ou couvrez les haut-parleurs avec du ruban adhésif.
  • Laissez les jouets sonores à votre enfant pour de plus courtes périodes et donnez-les-lui moins souvent.
  • Évitez les pétards et imitations d’armes à feu. Ceux-ci génèrent souvent des bruits d’impact de plus de 110 dB1.
  • Offrez des jouets silencieux lors des fêtes et sensibilisez votre entourage !
  • Que ce soit les jouets sonores, les lecteurs de musique ou le bruit sur les lieux de travail, le bruit est présent tout au long de la vie. Limiter l’exposition aux bruits forts dès l’enfance réduira l’accumulation de dommages auditifs et favorisera la préservation de l’audition ainsi que la santé, à court et à long terme.

Consultez un audiologiste pour en connaître davantage sur les effets du bruit.

Références :
GHAVAMI, Y., BHATT, J., MADUCDOC, M., YAU, A., MAHBOUBI, H. et al., « Loudness and acoustic parameters of popular children’s toys ». International Journal of Pediatric Otorhin-olaryngology, vol. 79, no 12, pp. 2086–2089. 2015
Option-consommateurs. « La sécurité des jouets sonores : Une évaluation de la situation ». 2004. En ligne. http ://www.option-con sommateurs.org/documents/principal/fr/File/rapports/jeux/ocjouets_sonores_fr1004.pdf. Consulté le 15 juillet 2016.
Orthophonie et Audiologie Canada (n.d.). « Jouets bruyants ». En ligne. http ://oac-sac.ca/oac-%C3%A0-loeuvre/jouets-bruyants. Consulté le 15 juillet 2016.