Entrevue exclusive avec Gilles Latulippe

8 avril 2014

Gilles Latulippe

L’auteur, humoriste, comédien et metteur en scène, Gilles Latulippe, nous a accordé une entrevue pour notre plus grand plaisir et pour le vôtre, chers lecteurs du Lobe Magazine. J’ai eu la chance de rencontrer monsieur Latulippe lors de son passage à Québec comme porte-parole de la deuxième édition du Salon FADOQ 50 ans + qui s’est tenu du 27 au 29 septembre 2013 au Centre de foires d’ExpoCité, à Québec.

On le sait, Gilles Latulippe a reçu de nombreux prix et hommages au cours de sa brillante et longue carrière, entre autres plusieurs trophées Méritas et Métrostars et le trophée Olivier-Guimond. De plus, il a été fait chevalier de l’Ordre de la Pléiade en 2000, reçu membre de l’Ordre du Canada en 2004 et décoré de l’insigne de chevalier de l’Ordre national du Québec en 2009.

Qui ne se souvient pas des émissions télévisées dans lesquelles on a eu le bonheur de voir jouer notre grand comique. Pensons seulement à Cré Basile, à Poivre et Sel, à Symphorien et aux Démons du Midi avec Suzanne Lapointe. Des moments d’humour qui ont toute leur place dans nos mémoires et dans nos archives. Et n’oublions pas le théâtre qui, comme la télévision, est pour Gilles Latulippe un moyen d’exprimer son immense talent. Il a notamment joué chez lui au Théâtre des variétés à Mont-réal, un théâtre qu’il a dirigé de main de maître pendant plus de 30 ans.

Voici quelques questions posées à cet homme au grand rire et au grand cœur.

Q : Quelles sont les raisons qui vous ont poussé à accepter d’être porte-parole de la deuxième édition du Salon FADOQ 50 ans + ?

R : Tout d’abord, on m’a téléphoné puisque je fais partie du groupe des 50 ans et plus. Cela fait 54 ans que je pratique le métier de comédien. Pour ceux qui m’ont suivi tout le long de ma carrière, je trouvais que c’était chose normale pour moi d’aller à leur rencontre.

Q : Quelles activités faites-vous pour rester en santé ? 

R : Je joue au golf. Je travaille beaucoup. Quand je dis que je travaille… je fais le métier que j’aime, alors je ne travaille pas : je joue.

Q : Faites-vous du bénévolat auprès des personnes aînées ?

R : J’aime leur rendre visite. C’est un bon public. On pense parfois que les vieux sont tristes et ennuyeux. Loin de là. Ils ont quelque chose à dire. Ils ont un passé, une histoire à raconter. Tout le monde devrait aller voir un aîné dans un CHSLD. On doit leur montrer qu’on ne les a pas abandonnés, oubliés.

Q : Qu’est-ce qui retient votre attention quand vous allez à la rencontre des gens ?

R : Quand je rencontre les gens et qu’on échange un sourire, mon but est atteint. C’est ce que j’ai toujours voulu faire dans la vie : faire sourire et faire rire. À chaque fois que quelqu’un me croise, il me voit avec un sourire. Ce que j’apprécie aussi, c’est quand les gens viennent me voir et qu’ils me parlent comme si on se connaissait depuis longtemps.

Q : Avez-vous des passe-temps ?

R : J’ai une maison d’édition. J’ai écrit des biographies, des livres de gags, des pièces de théâtre. Toutes les pièces de théâtre que je joue, je les ai écrites. La dernière pièce que j’ai montée s’appelle Le Sexe Shop !  Je donne toujours des noms accrocheurs à mes pièces. L’année d’avant, c’était Viva Viagra ! et la prochaine s’appellera Salut cocu ! Une pièce de théâtre avec un titre accrocheur, c’est un pas vers la réussite.

Q : Quel est le meilleur moment de votre carrière ?

R : L’ensemble de ma carrière. J’ai eu la chance de faire le métier que j’ai rêvé de faire. Ce n’est pas un métier, c’est une passion qui ne s’éteint pas comme ça ! Et cette passion est présente pour toute la vie. 

Pour voir les photos prises lors de la deuxième édition du Salon FADOQ 50 ans + qui s’est tenu du 27 au 29 septembre 2013 au Centre de foires d’ExpoCité, à Québec, visitez notre page Facebook ou cliquez ici.

Merci à Gilles Latulippe pour cet agréable entretien. Nous lui souhaitons de vivre sa passion et de la partager avec nous pendant de nombreuses années encore.