Entrevue avec madame Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés

15 mai 2009
Maguerite Blais
Ayant une tribune dans le Magazine Lobe depuis 2007, nous avons rencontré pour vous la ministre responsable des Aînés, madame Marguerite Blais, qui est impliquée depuis des années tant auprès de la communauté Sourde qu’auprès des aînés.

Madame Blais a un cheminement tout à fait à son image. C’est une grande communicatrice très impliquée dans son milieu.

Études supérieures en piano et en orgue,

  • Conservatoire de musique du Québec, Montréal (1971)
  • Maîtrise en communication, Université du Québec à Montréal (1997)
  • Doctorat en communication, Université du Québec à Montréal
  • Université de Montréal – Université Concordia (2005)
  • Postdoctorat Université du Québec à Montréal (2008)

C’est en 1994, lorsque l’Institut Raymond-Dewar (centre plurirégional de réadaptation spécialisé et surspécialisé en surdité et en communication affilié à l’Université de Montréal) lui demande d’être la porte-parole de son 10e anniversaire, que la vie de madame Blais prend une toute nouvelle perspective.

Avec un tempérament aussi passionné, il allait de soi que madame Blais veuille connaître tout de ce monde qu’on appelle la communauté Sourde.

« C’est un monde fascinant : la surdité est directement liée à la communication. C’est un handicap invisible et la société n’est pas conçue pour les personnes sourdes. Par exemple, dans un édifice à bureaux où il faut téléphoner pour avoir accès à la porte, on oublie que la personne sourde n’entend pas ! Si un appareil de télévision a été acheté avant 1994, ce qui est le cas dans bien des hôtels, ce dernier n’est pas muni d’un décodeur, donc pas de sous-titrage possible. En principe, on devrait communiquer plus facilement puisqu’on vit à l’ère des communications. »

« Ces gens ont changé ma vie. Ce sont des battants. Ils ont changé le regard que je porte sur les autres. »

Ses recherches pour sa thèse, son doctorat et son postdoctorat ont d’ailleurs pris leurs racines dans ce contact extraordinaire qu’elle a eu avec la communauté Sourde.

Elle publie en 2003, Quand les Sourds nous font Signe : histoires de sourds, aux Éditions Dauphin Blanc. En 2006, Les Presses de l’Université Laval, collection Sociologie au coin de la rue, éditent une deuxième publication : La culture sourde. Quêtes identitaires au cœur de la communication.

Un troisième livre sera d’ailleurs disponible au cours de l’année 2009.

Madame Marguerite Blais, une ministre impliquée

Femme reconnue pour son implication dans les causes sociales, son arrivée en politique est le chemin tout tracé pour poursuivre son engagement dans la communauté, et ce, à plus grande échelle.

Élue députée de la circonscription de Saint-Henri–Sainte-Anne aux élections générales du 26 mars 2007, madame Blais devient la première ministre entièrement dédiée aux aînés de l’histoire du Québec.

Réélue le 8 décembre 2008, elle est également membre du Comité ministériel du développement social, éducatif et culturel depuis le 18 avril 2007.

« C’est avec plaisir que j’ai accepté, pour un deuxième mandat, la mission que m’a confiée le premier ministre M. Jean Charest, soit d’améliorer la qualité de vie des aînés qui ont besoin de services, mais aussi d’encourager celles et ceux qui le veulent à continuer de jouer un rôle actif dans notre société. Beaucoup de personnes aînées souhaitent s’investir dans le bénévolat, le mentorat ou encore le travail. Elles sont une véritable richesse pour le Québec! Il faut les soutenir dans cette voie. »

Notons par ailleurs qu’elle fut la première personne dont l’assermentation à l’Assemblée nationale a également été signée en langue des signes québécoise (L.S.Q.) avec un interprète pour les personnes sourdes.

Terminons en mentionnant que madame Marguerite Blais a accepté d’écrire et de partager son expérience avec les lecteurs du Magazine Lobe pour briser l’isolement que peuvent vivre les personnes sourdes, autant que celles ayant des problèmes auditifs.