Développements sur l’acouphène : Radio-​Canada

15 mai 2010

Récemment, un reportage sur l’acouphène était présenté à l’émission « Découverte » sur les ondes de Radio-Canada.

Dans cette émission, on y apprenait que les personnes avec acouphène ont tendance à s’isoler. Le même comportement était observé chez les rats auxquels on avait induit un acouphène. Les recherches menées sur ces rats ont permis de développer une molécule qui bloque les neurotransmetteurs dans l’oreille interne responsable du problème. Pour le moment, cette molécule est fonctionnelle seulement si l’acouphène est d’apparition récente (moins de quatre jours), et on ne sait toujours pas si des résultats comparables seront observables chez l’humain.

Il faut se rappeler, cependant, que la perception de l’acouphène ne se limite pas uniquement à l’oreille. Comparons la perception de l’acouphène au fonctionnement d’un barbecue au gaz. Ce qui initie la flamme est le pilote. Ce dernier ne maintient cependant pas la flamme. Une fois le brûleur en fonction, le pilote n’est donc plus nécessaire. De même, l’acouphène est initié par l’oreille, mais son maintien s’effectue au niveau du cerveau. Une fois l’acouphène ancré dans le cerveau, l’oreille n’est plus nécessaire.

Conséquemment, il n’est pas rare de rencontrer en clinique des personnes avec acouphène présentant une anacousie (absence de réponse comportementale ou physiologique à tout stimulus auditif) du côté de l’acouphène. Ainsi, comme l’acouphène implique plusieurs aires du cerveau (aire auditive, système limbique, etc.), le traitement curatif de l’acouphène chronique semble bien loin encore. Par contre, comme le cerveau dispose d’une certaine plasticité, il est donc possible qu’il puisse créer une adaptation.

Par ailleurs, un autre groupe de recherche s’intéresse à l’influence de l’acouphène sur le sommeil. Ces chercheurs ont découvert que les personnes avec acouphène avaient jusqu’à 20 % moins d’ondes delta dans leur sommeil, ces ondes correspondant au sommeil profond ou réparateur. Ceci vient objectiver l’une des conséquences souvent rapportée chez les personnes avec acouphène : problème de sommeil. Ces résultats impliquent également que les personnes avec acouphène et dont le sommeil est affecté auraient avantage à consulter une clinique du sommeil afin de vérifier si des solutions existent pour améliorer la qualité de ce dernier.

Les autres problèmes le plus souvent en corrélation avec l’acouphène sont les difficultés d’écoute, la sensibilité aux sons, les troubles de l’humeur et les difficultés de concentration.

Bien que pour le moment l’on ne puisse éradiquer l’acouphène, il est tout de même possible d’appliquer des solutions pour réduire les inconvénients qui y sont associés.Par exemple, le port d’appareils auditifs à embout ouvert en présence d’une surdité même légère, les thérapies cognitives behavioristes, une thérapie de l’habituation de l’acouphène, etc.

Une évaluation et une intervention pluridisciplinaire sont donc souhaitables chez les personnes avec acouphène dérangeant.

Visitez le blogue de Lobe en cliquant dès maintenant ici.