Dans la tête d’un malentendant

28 avril 2016
tete_malentendant
Les personnes qui ont une perte auditive éprouvent souvent une grande fatigue en fin de journée, généralement plus marquée que celle d’une personne normo-entendante. Pourquoi? Eh bien, parce que les personnes malentendantes consacrent beaucoup d’énergie à compenser le manque d’information auditive pour arriver à donner une signification aux sons qu’elles entendent.

En effet, c’est le cerveau qui a la tâche de « traduire » le signal sonore et de lui donner une signification. Lorsqu’une personne présente une perte auditive, l’information sonore fournie à son cerveau est plus « pauvre », dans le sens où certains éléments pertinents et importants sont manquants. Le cerveau de la personne malentendante dont l’audition n’est pas corrigée doit donc toujours travailler « en double », parce qu’il doit d’abord compenser les éléments d’information sonore manquants, avant d’entreprendre la tâche d’en décoder le sens. Cela explique pourquoi les processus de communication s’avèrent plus exigeants pour une personne malentendante.

Comment se débrouille le cerveau d’une personne malentendante

Une étude a révélé une réorganisation corticale importante chez les personnes ayant une perte auditive. Puisque le système auditif relaie moins de signaux et d’information sonores, certaines zones du cortex auditif sont moins stimulées. Le cerveau doit faire appel à des zones corticales adjacentes (lobe frontal et préfrontal) pour l’aider à décoder le sens des sons qu’il entend. Ces régions, normalement responsables de la pensée et de la mémorisation, se trouvent donc sollicitées pour exécuter le traitement auditif en plus de leurs fonctions naturelles.

Cela explique en grande partie pourquoi la perte auditive est si épuisante et draine l’énergie mentale des personnes malentendantes qui ne portent pas d’appareils auditifs. Étant donné qu’il leur reste très peu d’énergie pour vaquer à leurs occupations quotidiennes, les personnes malentendantes choisissent souvent de limiter ou de cesser leurs activités sociales, tout simplement parce que cela leur demande trop d’énergie, ne serait-ce que pour tenter de suivre les conversations!

tete_malentendant_01

La technologie en renfort

Ces découvertes s’ajoutent à plusieurs autres éléments qui appuient la thèse selon laquelle les efforts de développement technologique en matière d’appareils auditifs doivent être mis à minimiser l’effort cognitif que doit produire une personne malentendante. En ce sens et depuis près de 20 ans, les chercheurs du centre de recherche Eriksholm, situé au Danemark, consacrent leurs efforts à la conception et à l’amélioration continue de la technologie BrainHearingMC. Cette approche traite le signal de la parole avec précision, de façon à ce que le cerveau le reçoive le plus clairement possible et avec un maximum d’exactitude.

Grâce aux appareils auditifs, le cerveau est de nouveau alimenté convenablement en information sonore. Le porteur n’a donc plus à déployer autant d’efforts cognitifs pour combler les « trous » laissés par l’information manquante, ce qui améliore grandement son expérience de communication et la rend beaucoup moins exigeante. Ainsi, la personne malentendante appareillée peut utiliser son énergie pour mener une vie active et bien remplie!

Consultez un audioprothésiste pour en apprendre davantage.

Référence :
CAMPBELL, J. et A. Sharma. (2013). « Compensatory changes in cortical resource allocation in adults with hearing loss ». Front. Syst. Neurosci.

Une évaluation par un audioprothésiste est requise afin de déterminer quels appareils auditifs conviennent à vos besoins.