Appareils auditifs et l’effet Larsen

15 août 2008

Comprendre le fonctionnement des systèmes de suppression de l’effet Larsen pour les appareils auditifs

Que ce soit lors d’une accolade avec un proche, lors d’une conversation téléphonique ou tout simplement lors d’un repas entre amis, les appareils auditifs ont tendance à émettre un sifflement gênant lorsque le moment est mal choisi. En fait, c’est l’un des inconvénients le plus souvent rapporté par les porteurs d’appareils auditifs, on le nomme effet Larsen. Mais réjouissons-nous, car il existe aujourd’hui des systèmes très sophistiqués à l’intérieur des appareils auditifs pour contrer ce problème important.
Un phénomène normal

Le sifflement qu’émet un appareil auditif est un phénomène parfaitement normal appelé le plus souvent « rétroaction acoustique » ou « effet Larsen ». Nous avons tous déjà assisté à un spectacle et entendu le sifflement désagréable qu’émet un haut-parleur lorsque le chanteur s’en approche de trop près avec son micro à la main.

Ce phénomène bien connu est le même qui se produit dans les appareils auditifs. Dans le cas des appareils auditifs, l’effet Larsen apparaît lorsque le son amplifié sortant par le haut-parleur de l’appareil auditif est recapté par le microphone de ce même appareil auditif. Il se produit alors une boucle d’amplification du son et cela provoque le sifflement strident que nous entendons (voir la figure ci-dessous).

Appareils auditifs et l'effet Larsen - Lobe Santé auditive et communication

Cette boucle de rétroaction acoustique se produit le plus souvent lorsque l’appareil est mal inséré dans le conduit auditif, lorsqu’il n’est pas moulé assez serré à l’oreille, lorsqu’un bouchon de cérumen obstrue le passage du son ou encore lorsqu’un corps étranger s’approche trop près du micro de l’appareil (téléphone, chapeau, main, etc.).

Première technologie (appareils auditifs payés par la RAMQ)

Avec l’arrivée des circuits numériques, différents systèmes « antifeedback » firent leur apparition. Au début, il s’agissait de filtres, les « notch filter », capables de diminuer le son seulement à la fréquence où la rétroaction se présentait dans le signal émis par l’appareil auditif. Grâce à ces filtres, le patient perdait seulement une petite partie du signal dont il avait besoin. Aujourd’hui, on retrouve cette technologie dans la plupart des appareils auditifs couverts par la Régie de l’assurance-maladie.

Nouvelle technologie

Depuis quelques années, les manufacturiers ont mis au point des systèmes qui annulent la rétroaction sans pour autant priver le patient des sons qui sont importants pour lui. Il faut savoir que le son est une onde qui possède des crêtes et des creux. La position des crêtes par rapport aux creux détermine « la phase » de l’onde sonore. Lorsqu’on envoie en même temps deux ondes sonores semblables, mais avec les creux et les crêtes en position opposée, cela annule le son (voir la figure ci-dessous).

Appareils auditifs et l'effet Larsen - Lobe Santé auditive et communication

C’est de cette façon qu’on en vient aujourd’hui à contrôler de mieux en mieux les sifflements sans priver le porteur du gain dont il a besoin. Des algorithmes sont utilisés afin de différencier une rétroaction émise par l’appareil auditif d’un son provenant de l’environnement, par exemple le bip d’un four à micro-ondes. Cela est d’ailleurs une des caractéristiques importantes d’un bon système d’opposition de phase.

Aujourd’hui, ces systèmes sont de plus en plus sophistiqués et performants. Ils agissent en temps réel et réagissent avant même que le sifflement ne soit émis.

Si de plus amples renseignements vous sont nécessaires, n’hésitez pas à communiquer avec les audioprothésistes qui exercent dans les cliniques multidisciplinaires Lobe Santé auditive et communication. Ils se feront un plaisir de répondre à vos interrogations.