Comment les parents peuvent-​ils vraiment aider leur enfant sourd ?

15 janvier 2006
Je suis sourde de naissance et je viens d’une famille sourde. À l’âge de 2 ans, mes parents apprenaient que j’étais sourde. Ma langue première était la langue des signes québécoise (LSQ) apprise de mes parents, et j’ai porté des appareils auditifs très jeune. Je suis fière d’avoir appris cette langue pour communiquer avec la communauté sourde.
À l’âge de 5 ans, mes parents ont décidé de m’envoyer dans deux écoles différentes. Dans l’avant-midi, j’allais dans une école pour les enfants sourds, et dans l’après-midi dans une école régulière. Dans cette deuxième école, je me sentais plutôt seule. La communication avec les professeurs et les ­autres enfants était difficile. De plus, les autres ne portaient pas toujours attention à mes besoins et, parfois, certains enfants se moquaient de moi à cause de ma surdité. Dans l’école pour les enfants sourds, je me sentais bien et heureuse de pouvoir communiquer en signes avec mes amis sourds.

Présentement j’ai 28 ans et je suis mère de 4 enfants qui sont entendants. Je suis très fière de moi et de tout ce que je fais dans ma vie. Mes enfants communiquent aussi en LSQ. Ils l’ont appris facilement. Je conseille aux parents qui ont des enfants sourds d’apprendre les signes peu importe ce qu’ils décideront pour leurs enfants : porter des appareils auditifs, recevoir un implant cochléaire ou apprendre à parler. C’est plus facile pour les enfants sourds d’apprendre les signes. C’est leur langue naturelle. Avec la LSQ, ils peuvent apprendre facilement le français écrit (lecture et écriture). Je ne crois pas la plupart des gens qui disent que permettre aux enfants sourds d’apprendre les signes leur enlève la volonté d’apprendre à parler. Ce n’est pas faire confiance à son enfant.

Quand j’étais jeune, je voulais apprendre à parler même si je communiquais régulièrement avec les signes. Je crois que cela dépend de la volonté de chaque enfant et de sa capacité à entendre des sons avec des appareils auditifs. Il est important de respecter son enfant pour qu’il soit bien dans sa peau et qu’il réalise ses rêves.