Avoir droit à de l’information claire

9 décembre 2015, par Martine Rodrigue

Avoir droit à de l’information claire

Alors que les modes de communication se diversifient et évoluent de plus en plus rapidement, nous faisons face à un obstacle important et auquel nous n’accordons pas toujours suffisamment d’importance : la difficulté à lire et à écrire des personnes âgées, et donc, à obtenir de l’information claire.

À ce sujet, l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA) rappelle dans un de ses mémoires qu’une « société qui souhaite renforcer la place qu’elle réserve à ses aînés ne peut ignorer le fait que nombre de personnes âgées ne sont pas assez familières avec la lecture et l’écrit pour remplir un formulaire, interpréter la posologie d’un médicament ou encore assimiler l’information présentée dans un dépliant ».

Autres temps, autres mœurs

Si cette affirmation a de quoi surprendre, il faut préciser que nous ne parlons pas là d’analphabétisme. Simplement, la société au sein de laquelle nos aînés ont contribué activement valorisait bien davantage la transmission orale du savoir, plutôt que la transmission par écrit, comme c’est le cas de nos jours. De plus, il faut garder en tête que les technologies de l’information (TI) et de la communication constituent un défi supplémentaire à relever pour certains aînés.

La réalité du XXIe siècle

Intervenants, professionnels ou proches doivent se mobiliser pour promouvoir le droit des personnes aînées à de l’information claire et accessible, afin qu’elles puissent faire des choix éclairés. Et il faut le faire même si nous devons y consacrer un peu plus de temps et aller à l’encontre des standards actuels d’efficacité et de rapidité.

Nous devons être attentifs aux signaux qui nous sont envoyés et trouver de nouveaux moyens d’offrir un meilleur accès à des soins de santé adéquats et de mieux comprendre les enjeux entourant les besoins particuliers de chacun. Il en va de même pour tout ce qui concerne les besoins économiques et de participation sociale des aînés. À notre avis, cela contribuerait à favoriser la participation des personnes aînées aux décisions qui les concernent.

Suggestion de lecture

Le langage clair :
groupe-esorg.com/?-Le-langage-clair

Référence :
DIGNARD, Hervé. « Répondre aux besoins des aînés en matière de littératie ». Institut de coopération pour l’éducation des adultes, 2007. Consulté en ligne le 14 août 2015 : catalogue.cdeacf.ca/Record.htm?idlist=1&record=19231979124910591519

L'auteure:

 

Dans un objectif de conformité, les termes appareils auditifs sont préférés
à ceux de prothèses auditives.