Apprendre à vivre aux frontières des cultures sourdes et entendantes

15 novembre 2009
Apprendre à vivre aux frontières des cultures sourdes et entendantes

Madame Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés, s’intéresse depuis de nombreuses années à la communauté sourde. Elle a déjà publié La culture sourde. Quêtes identitaires au cœur de la communication et Quand les Sourds nous font Signe : histoires de sourds.C’est avec bonheur qu’elle nous offre un nouveau livre rédigé en collaboration avec M. Jacques Rhéaume, psychosociologue et professeur associé à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Préface de M. Patrick Fougeyrollas, Ph.D.

« Dans des sociétés et un monde préoccupés de productivité, de consommation, d’économie, de politique, il n’est pas toujours facile d’aborder la question culturelle, non pas tant celle de la culture artistique ou de biens culturels offerts à la consommation, mais celle de la culture des modes de vie différents, du partage de valeurs et de repères symboliques, de la qualité de vie citoyenne.

Il peut être étonnant pour beaucoup encore d’aborder le monde des sourds en tant que porteur d’une culture sourde. Il y a une culture sourde, autodéfinie en grande partie par un mouvement interne d’affirmation identitaire, avec l’appui tout de même de différents acteurs sociaux du monde entendant, dont des linguistes, des chercheurs en sciences sociales, divers acteurs politiques. Et il y a aussi une culture entendante, marquée par la maîtrise de l’oralité et de l’écrit, fondée en plus sur une normalité clinique instituée (posséder l’audition) qui devient une dimension allant de soi de la normalité linguistique pour la grande majorité entendante. Par ailleurs, c’est en référence à une culture sourde, dans sa différence même, que se révèlent plus pleinement les caractéristiques de cette culture entendante.

C’est cette dynamique des rapports entre cultures qui constitue la trame de cet ouvrage, la position d’enfants entendants issus de parents sourds constituant un témoignage particulièrement pertinent, leur développement comme personne provenant radicalement de cette dynamique. »

Par ailleurs, sachez que les deux auteurs renoncent généreusement à leurs droits d’auteur afin que ces derniers soient distribués équitablement entre les revues Sourdine et Voir Dire. Deux revues spécialisées et destinées, d’une part, aux personnes malentendantes ou devenues sourdes et, d’autre part, aux membres de la culture sourde.