Les otites avec effusion

25 mars 2012
Les otites avec effusion, lobe
C’est la pathologie otologique chronique la plus fréquente de l’enfance; elle touche tous les âges, les deux sexes et toutes les races. Il s’agit d’une accumulation de sécrétions séreuses ou mucoïdes en arrière d’une membrane tympanique intacte et sans aucun symptôme d’infection aiguë (otalgie, fièvre, irritabilité). Les changements de pression présents sont dus à une dysfonction tubaire (trompe d’Eustache). Ce sont souvent les otites moyennes aiguës à répétition sur un fond d’otite à effusion persistante qui nous font porter une attention particulière à ces otites résiduelles. Autrement, ce sont des problèmes de langage ou le retard scolaire des enfants qui nous font découvrir l’otite à effusion responsable.

Épidémiologie

Il est évident que les moyens actuels d’investigation, les consultations plus accessibles et l’approche éclectique des médecins font augmenter le nombre de diagnostics d’otites. Les visites des enfants de moins de deux ans ont augmenté en quinze ans au-delà de 225 %, et le tiers des visites des enfants de moins d’un an portait un diagnostic d’otite. Ce qui cause essentiellement la prédominance des otites serait des facteurs d’ordre socio-économique, génétique ou environnemental; les facteurs de risque étant une histoire familiale d’otites, le tabagisme et la fréquentation de garderies. Des pics saisonniers coïncident avec la recrudescence des infections virales, du virus respiratoire syncytial essentiellement, soit durant les périodes automnale et hivernale.

Physiopathologie

Les facteurs responsables de la formation d’une otite avec effusion sont une combinaison d’une dysfonction tubaire et d’infections additionnelles.

La trompe d’Eustache a trois fonctions physiologiques :

  1. Équilibre de la pression de part et d’autre du tympan;
  2. Protection de l’oreille vis-à-vis du pharynx;
  3. Dégagement des sécrétions de l’oreille moyenne par le système mucociliaire retrouvé dans la trompe d’Eustache.

La dysfonction tubaire peut survenir à cause d’une obstruction de la trompe d’Eustache par une infection, des allergies, une hypertrophie adénoïdienne ou un impair dans l’ouverture de la trompe d’Eustache comme on en voit dans les fissures palatines.

Chez les jeunes enfants, l’ouverture de l’extrémité pharyngée de la trompe d’Eustache est affectée par la longueur cartilagineuse de la trompe et par une faible rigidité de cette composante cartilagineuse. L’inclinaison de la trompe de l’enfant n’est que de 10 degrés, tandis que chez l’adulte elle est de 45 degrés. Même l’effet de protection de l’oreille moyenne est diminué par la petite taille de la trompe d’Eustache (4,5 fois plus petite que celle de l’adulte).

Le vide créé dans la cavité tympanique par l’obstruction de la trompe d’Eustache et l’absorption gazeuse entraînerait la formation d’un transsudat stérile (liquide d’origine plasmatique); l’infection virale ou bactérienne, de son côté, viendra rajouter un exsudat inflammatoire additionnel.

Examen clinique et diagnostic

À l’inverse des accès d’otites moyennes aiguës, l’otite avec effusion n’a aucune symptomatologie évidente.

Les otites avec effusion, lobeLe principal symptôme est l’hypoacousie, mais l’enfant semble s’en accommoder merveilleusement bien et ne s’en plaint pas. On notera surtout les conséquences de cette hypoacousie, à savoir un retard de langage ou un retard scolaire. L’enfant aura tendance à faire répéter, à s’isoler et à hausser le son de la télévision. Il est distant et montre parfois des signes d’hyperactivité. La douleur n’est qu’une forme de surinfection sur une condition préexistante. L’examen ORL s’attardera sur la membrane tympanique qu’il faudra dégager de tout ce qui pourrait bloquer sa visibilité. Dans les otites avec effusion, on retrouve la triade classique : rétraction, stase vasculaire et épanchement. La couleur du liquide rétrotympanique est très variable, allant du gris pâle au noir. On doit poursuivre l’examen à la recherche d’autres pathologies et porter une attention particulière au rhinopharynx et aux cavités nasales.

L’audiogramme est un excellent outil d’appoint pour corroborer l’examen clinique, et l’hypoacousie s’étalera de 15 à 45 dB avec une moyenne de 23 dB pour les otites avec une effusion légère.

La tympanométrie est très efficace pour détecter les pressions rétrotympaniques négatives. Cette épreuve a ses limites chez les petits enfants qui ont une forte résistance de leur conduit auditif externe.

Traitement des otites avec effusion

La plupart des otites avec effusion guérissent spontanément. Il faut cependant maintenir une certaine forme de vigilance pour évaluer l’évolution de ces otites. Une hypoacousie de moins de 20 dB n’exerce aucun déficit d’attention ou d’apprentissage.

  1. Traitement du terrain : L’hygiène nasale au sérum physiologique reste l’élément clé pour améliorer la situation. On n’insistera jamais assez là-dessus.
  2. Traitement médical : Souvent décevant, il consiste en des essais d’antihistaminiques, de décongestionnants ou d’antibiotiques. Aucune amélioration n’a été apportée par ces traitements.
  3. Traitement chirurgical : la myringotomie : C’est un tube d’aération qui sera placé à travers la membrane tympanique et qui pourra servir pour le drainage de l’oreille moyenne en cas de surinfection. Ce tube reste en place pour une durée moyenne de douze mois et il est expulsé d’une façon spontanée par la membrane tympanique. La technique de la myringotomie est facile et peut se faire sous anesthésie générale ou sous anesthésie locale.

Une vérification des structures avoisinantes s’impose en vue d’éliminer toute pathologie en cause.

Évolution et séquelles des otites avec effusion

L’évolution normale de l’otite avec effusion se fait vers la guérison spontanée sans aucune séquelle. L’enfant, une fois qu’il a atteint toute sa maturité physique et immunologique, se retrouve à l’abri de cette pathologie. Notre rôle serait de le faire arriver à ce stade sans séquelle ou handicap tympanique. Ce sont les formes chroniques prolongées que l’on doit craindre le plus, avec une atteinte tympanique venant perturber l’audition, l’apprentissage linguistique et le développement scolaire.

En somme, l’otite avec effusion est une affection fréquente qui touche un grand nombre d’enfants et qui se résorbe souvent spontanément. Savoir détecter ces affections est capital pour qu’un suivi soit assuré sans tomber dans le piège du surtraitement. Les cas rebelles doivent être dirigés en ORL pour éviter des complications handicapantes.

Visitez le blogue de Lobe en cliquant dès maintenant ici.

Références :

– Bluestone, Charles. « Pediatric Otolaryngology », vol. 1, chap. 9 et 22, W.B. Saunders.
– Scott-Brown’s. « Otolaryngology », vol. 3 (otology) et vol. 6 (pediatric otolaryngology), Butterworths.
– Paparella and Shumrick. « Otolaryngology », vol. 2, section 4, W.B. Saunders.

 

Dans un objectif de conformité, les termes appareils auditifs sont préférés
à ceux de prothèses auditives.