La réussite d’un appareillage auditif

15 février 2011, par Sarah Roy
appareils auditifs, lobeLa perte auditive est sournoise car, la plupart du temps, elle s’installe progressivement. C’est pourquoi la motivation, la confiance en soi et le soutien de son entourage deviennent des facteurs qui favorisent la réussite d’un appareillage auditif.

Certaines personnes attendent plusieurs années (en moyenne sept ans) avant d’entreprendre des démarches lorsqu’elles croient avoir un problème d’audition. Selon les statistiques de l’Ordre des audioprothésistes du Québec, 10 % de la population est touchée par un problème auditif. De plus, 80 % des personnes touchées ne sont pas diagnostiquées ou traitées. L’insécurité et le manque d’information sur le sujet pourraient faire partie des causes du manque de motivation à effectuer un premier examen.

Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies disponibles, les appareils auditifs permettent d’améliorer la qualité de vie autant des malentendants que de leur entourage. En effet, les appareils auditifs aident, entre autres, à mieux entendre et comprendre, à avoir de meilleurs repères sonores et à améliorer sa propre sécurité en identifiant plus facilement la provenance des sons.

Ces effets positifs se répercutent aussi à d’autres niveaux : le malentendant reprend goût à ses activités sociales, demande moins souvent de faire répéter… Bref, il sort de son isolement.

Le port quotidien de ses appareils auditifs est primordial dans le processus d’adaptation. Il est possible que certains sons qui étaient à peine audibles depuis plusieurs années puissent être agaçants au début. Par exemple, le moteur du réfrigérateur, le son de l’horloge ou encore l’eau du robinet qui coule, etc. Chaque personne étant différente, la durée de la période d’adaptation le sera également. À chacune de vos visites chez votre audioprothésiste, si cela s’avère nécessaire, l’ajustement de vos appareils auditifs est modifié afin de réduire ces bruits dérangeants et de trouver une sonorité qui répond à vos besoins d’écoute et de communication.

L’adaptation du malentendant à ses appareils auditifs sera un succès grâce à sa persévérance, à l’encouragement et la compréhension de son entourage et à son positivisme. Ainsi, il ne faut pas minimiser l’importance de l’entourage (conjoint, enfants, amis, etc.) dans le processus de réadaptation. Leur soutien aide le malentendant à persévérer et à passer du déni à l’acceptation de sa surdité.

N’hésitez pas à consulter régulièrement votre audioprothésiste ou votre éducatrice spécialisée qui exercent dans les cliniques multidisciplinaires Lobe Santé auditive et communication. Ils sauront vous appuyer dans votre processus de réadaptation sonore.

Visitez le blogue de Lobe en cliquant dès maintenant ici.

Référence :
Ordre des audioprothésistes du Québec, Publicité OAQ, octobre 2010.

L'auteure:

 

Dans un objectif de conformité, les termes appareils auditifs sont préférés
à ceux de prothèses auditives.