Une bonne attitude fait toute la différence!

31 juillet 2013, par Claudia Côté

J'entends moins bien, et vous ?

L’attitude, c’est ce qui fait toute la différence

L’impact humain le plus marqué de la surdité est sans contredit le retrait social et l’isolement. La perte d’audition se transforme vite en un trouble de communication, invisible, entraînant chez plusieurs le sentiment d’être moins compétents socialement et donc une gêne, voire même une insatisfaction à côtoyer les gens.

Mais c’est également une question d’attitude. Qu’on le veuille ou non, à moins d’un traumatisme sonore ou d’un accident, la surdité apparaît tranquillement et c’est bien plus souvent vos proches qui se rendent compte en premier de vos difficultés à entendre. Votre ouverture d’esprit pourrait faire la différence. Si l’un d’entre eux vous en fait la remarque, dites-vous que pour une fois il a probablement raison !

Dès lors, vous êtes vis-à-vis deux choix :

Le premier choix serait de nier, faire semblant de rien, accuser les gens de leur mauvaise diction, qu’ils marmonnent, faire comme la majorité des personnes et mettre plus de dix ans à consulter pour la première fois, se réfugier derrière certains préjugés : « pas question de porter d’appareils auditifs, mes oreilles deviendront paresseuses », ou encore : « porter un appareil auditif me rendra plus sourd ». C’est non seulement faux, mais les recherches prouvent exactement le contraire !

L’autre choix qui s’offre à vous est de faire face à la musique. Consulter en audiologie sans tarder pour voir si votre audition est non seulement atteinte, mais si c’est ce qui est normal compte tenu de votre âge. Une fois la perte auditive identifiée, il vous sera plus facile de commencer à utiliser des stratégies de communication et d’informer votre entourage que vous n’êtes ni distrait, ni confus, ni farouche, mais seulement dépourvu d’un certain pourcentage d’acuité auditive et d’un manque de précision auditive surtout en présence de bruit. En acceptant la réalité, vous facilitez votre propre adaptation ainsi que celle de vos proches à ce problème (croyez-moi !).

Informez vos proches que le fait de voir leur visage et le mouvement des lèvres augmente votre compréhension d’environ 30 %, que de dire votre prénom avant de commencer à vous parler vous permet d’être attentif sans manquer le début de la phrase, que lorsque qu’il y a un fort bruit ambiant, votre capacité à comprendre devient presque nulle (invitez-les à discuter dans la pièce d’à côté qui est plus calme).

Vous pourriez aussi être surpris de constater comment les gens deviennent patients et gentils dès que vous les prévenez de vos difficultés à entendre. N’oubliez surtout pas de les féliciter lorsqu’ils s’expriment clairement, cela les encouragera à recommencer. Et l’humour, c’est un atout tellement précieux ! Accepter la surdité, c’est un peu accepter de rire de soi, mais avec les autres.

Alors qu’on ne peut pas toujours changer les choses et les gens, il faut se demander ce que nous-même pouvons faire pour améliorer une situation que l’on n’a pas choisie. Ces fichus décibels perdus demanderont un minimum d’effort pour être récupérés ! Optez pour des appareils auditifs et/ou des aides techniques. Un restaurant est devenu trop bruyant pour y avoir encore du plaisir ? Optez pour un nouvel endroit plus calme ou encore pour un dîner original à 14 h 00 ! Vos proches oublient souvent que vous ne comprenez pas s’ils parlent trop vite ?

Eh oui ! la mémoire est une faculté qui oublie… vous devez le leur dire encore et encore. Être proactif c’est avant tout éviter de dissimuler à tout prix votre problème d’audition. Si vous faites semblant de comprendre, les autres s’en rendront bien évidemment compte, ils ne sont pas dupes. Agir ainsi peut devenir insultant ou même donner faussement l’impression que vous perdez vos facultés.

Et si on décidait ensemble de briser l’isolement ?

L'auteure:

Claudia Côté

Claudia Côté, MOA

Audiologiste

 

Dans un objectif de conformité, les termes appareils auditifs sont préférés
à ceux de prothèses auditives.