Perte auditive non corrigée : conséquences sur le système

28 avril 2016, par Julie Baril
perte_auditive
Des études récentes ont démontré que le port d’appareils auditifs pourrait limiter le vieillissement cognitif chez les personnes âgées ayant une perte auditive. Surprenant? Pas tant que ça.

Le lien entre la cognition (la faculté d’apprendre) et la perte auditive est de mieux en mieux compris. La mémoire est un processus important dans la perception de la parole. Si un mot est bien entendu, la personne le reconnaîtra facilement. Par contre, si le mot est mal entendu, la personne devra fournir un plus grand effort pour retrouver le sens du mot et le mettre en contexte. Ainsi, la personne doit utiliser sa mémoire de travail pour décortiquer les mots au lieu de pouvoir l’utiliser pour retenir l’information. Par conséquent, la prise en charge de la perte auditive est un facteur déterminant pour le maintien d’une bonne mémoire de travail.

Les conséquences de la perte auditive non corrigée

La perte auditive non corrigée peut entraîner de graves conséquences pour la personne (ex. : isolement social, dépression, solitude et anxiété face aux relations interpersonnelles). Par ailleurs, les études épidémiologiques (l’étude des populations, de la fréquence et de la répartition des problèmes de santé dans le temps et l’espace, ainsi que du rôle des facteurs qui les déterminent) indiquent que la perte auditive pourrait également présenter un risque de déclin cognitif (la diminution des capacités intellectuelles).

Selon les données recueillies par Lin et coll. (2013), les gens ayant une perte auditive, même légère, ont deux fois plus de risques d’avoir une perte cognitive qu’une personne à l’audition normale, tandis que les gens avec une perte auditive modérée présentent cinq fois plus de risques. Une étude récente (Deal et coll. 2015) a permis d’établir que le déclin cognitif est plus prononcé chez les gens avec une surdité modérée à sévère non corrigée.

De plus, des études récentes mettent en lumière le lien de cause à effet entre la perte auditive et la démence, et avancent que le manque de stimulation diminuerait les fonctions cérébrales et pourrait contribuer à la perte cognitive.

Prévenir le déclin cognitif

Selon les données d’une étude (Laplante-Lévesque A., 2015), le degré de déclin cognitif des porteurs d’appareils auditifs était comparable à celui des personnes avec une audition normale. Il semble donc que la réadaptation et le port d’appareils auditifs puissent freiner la perte cognitive. Ainsi, la correction de la perte auditive permet de limiter l’isolement social et contribue au maintien des capacités cognitives.

Le fait que le port d’appareils auditifs puisse modifier le lien de cause à effet entre la perte auditive et le déclin cognitif est très intéressant (Laplante-Lévesque A., 2015). Cependant, il importe de préciser que l’inverse n’est pas nécessairement vrai, et qu’une perte auditive n’entraînera pas forcément une perte cognitive.

Par ailleurs, les données présentées dans de nombreuses études tendent à démontrer l’importance de consulter un audiologiste sans tarder si on suspecte une perte auditive, et ce, dans le but d’éviter de « vieillir » intellectuellement de façon prématurée.

Références :
  1. LAPLANTE-LÉVESQUE, A. « Applying the Stages of Change to Audiologic Rehabilitation. » The Hearing Journal, 68(6), p.8-12.
  2. LAPLANTE-LÉVESQUE, A et coll. (2014). « Patterns of hearing aid usage predict hearing aid use amount (date-logged and self-reported) and over-report ». Journal of the American Academy of Audiology, 25(2), p.187-198.
  3. Lin F. (2011). « Hearing loss and cognition among older adults in the United States. » J. Gerontol. Med Sci. 66A, 1131-1136.
  4. LIN, FR, Yaffe K, Xia J, et coll. « Hearing loss and cognitive decline in older adults ». JAMA Intern Med. 2013;173(4):293–299.
  5. DEAL et coll. 2015. « Hearing Impairment and Cognitive Decline: A Pilot Study Conducted Within the Atherosclerosis Risk in Communities Neurocognitive Study ». American Journal of Epidemiology.
  6. GAGNÉ, J.-P., K. Southall et M.B. Jennings (2009). « The psychological effects of social stigma: Applications to people with an acquired hearing loss ». In J. Montano & J. Spitzer (Eds.), Advanced practice in adultaudiological rehabilitation: International perspective (p. 63-91). San Diego, CA, USA: Plural Publishing Inc.

L'auteure:

 

Dans un objectif de conformité, les termes appareils auditifs sont préférés
à ceux de prothèses auditives.