Facteurs de risque de surdité chez l’adulte

15 mars 2013, par David Mayer
audition, lobe

En vieillissant, nous constatons bien souvent que notre audition n’est plus ce qu’elle était.

La perte auditive due à l’âge est appelée presbyacousie. Elle est la principale atteinte sensorielle lors du vieillissement : 33 % des personnes de plus de 65 ans et 50 % des plus de 70 ans. Elle se caractérise par une perte d’audition neurosensorielle (touchant l’oreille interne), bilatérale, plus marquée en hautes fréquences (sons aigus). Cependant, le degré de perte varie beaucoup d’une personne à l’autre.

Bien que l’usure biologique naturelle du système auditif et certaines atteintes ou maladies (otites, cholestéatome, perforation tympanique, otosclérose, maladie de Ménière, etc.) soient des causes de perte auditive, les facteurs affectant notre audition sont multiples. Une étude de Kaulsson et collab. a démontré que l’hérédité est responsable de 58 % de la variation dans les seuils auditifs chez les personnes de 56 à 65 ans et de 47 % de la variabilité présente chez les gens de plus de 65 ans. Il est généralement admis que les femmes ont une meilleure audition que les hommes. Bien sûr, il est impossible de changer notre âge ou notre génétique; nous pouvons néanmoins jouer un rôle pour maintenir notre audition saine le plus longtemps possible.

Le bruit

Le travail dans le bruit est probablement le facteur de risque évitable le plus significatif.

Au Québec, on estime que 400 000 à 500 000 travailleurs sont exposés à du bruit excessif au travail (faisant de la surdité industrielle une des atteintes professionnelles les plus fréquentes; elle touche 60 % des employés du secteur manufacturier).

Malgré les dangers, peu de travailleurs portent régulièrement leurs protecteurs auditifs (aussi peu que 12 à 16 % selon Fransen et collab.). L’utilisation d’armes à feu et l’écoute de musique forte constituent aussi des risques. De plus, la présence de certains produits chimiques (solvants organiques, métaux lourds, monoxyde de carbone, herbicides et pesticides…) dans l’environnement de travail augmente le facteur de risque sur le système auditif. Ce danger est peu connu des travailleurs, mais plusieurs de ces produits sont communs dans les industries (solvants, peintures, plastiques, carburants, produits pharmaceutiques, métallurgie, etc.).

Les facteurs médicaux

Un lien entre la perte d’audition et certaines maladies commence aussi à être reconnu. Par exemple, les diabétiques auraient deux fois plus de risque d’avoir des troubles auditifs. L’infarctus du myocarde, une haute pression artérielle et un indice de masse corporelle élevé augmenteraient le risque de perte auditive. D’un autre côté, les personnes de grande taille ont, en moyenne, une meilleure audition.

La consommation d’alcool

L’important dans la consommation d’alcool demeure la modération. D’ailleurs, alors que l’abus est associé à une plus grande prévalence de troubles auditifs, une consommation modérée semble avoir un effet protecteur (probablement à cause de l’effet bénéfique sur le système cardiovasculaire).

Bref, la perte de l’audition a souvent été vue comme inévitable, mais de plus en plus d’études démontrent que nos habitudes de vie, notre environnement et notre santé influencent directement notre ouïe.

N’hésitez pas à consulter votre audiologiste pour obtenir plus d’information.

Visitez le blogue de Lobe en cliquant dès maintenant ici.

Références :
– Better Hearing Institute (2010). « American Diabetes Association Alert Day », betterhearing.org (7 mars 2010).
– MAYER, David et Valérie PERRON (2006). « Le bruit et les produits chimiques : un mélange explosif », Bruit et audition, Université de Montréal.
– FRANSEN Erik et collab. (2008). « Occupational Noise, Smoking, and a High Body Mass Index are Risk Factors for Age-related Hearing Impairment and Mod­erate Alcohol Consumption is Protective: A European Population-based Multicenter Study », Journal of the Association for Research in Otolaryngology, vol. 9, p. 264-276.
– OHGAMI, Nobutaka, Takaaki KONDO et Masashi KATO (2010). « Effects of light smoking on extra-high-frequency auditory thresholds in young adults », Toxicology and Industrial Health, sept. 2010.
– GIRARD, Serge-André et collab. (2007). « Le bruit en milieu de travail : une analyse des coûts pour le régime d’indemnisation », INSPQ, octobre 2007, 60 p.

L'auteur:

 

Dans un objectif de conformité, les termes appareils auditifs sont préférés
à ceux de prothèses auditives.