Le programme d’appareils auditifs défrayés par la CSST

15 novembre 2010
La CSST peut défrayer le coût d’un ou de deux appareils auditifs selon certaines modalités. Pour être admissible, il faut tout d’abord faire reconnaître l’origine professionnelle de la surdité. Pour cela, vous devez avoir travaillé plusieurs années dans le bruit (moyenne d’exposition au bruit d’au moins 85 dBA), en majorité au Québec et avoir également cotisé au régime de la CSST.

Une surdité d’origine professionnelle est généralement notée après une dizaine d’années d’exposition au bruit. Les travailleurs autonomes sont majoritairement exclus puisque, pour la plupart, ils ne cotisent pas au régime de la CSST. Par ailleurs, il est important de savoir que même si vous êtes à la retraite (et peu importe le nombre d’années), il est possible d’effectuer une demande d’ouverture de dossier à la CSST pour faire reconnaître l’origine professionnelle de votre surdité.

Il est recommandé d’effectuer un examen de l’audition aux deux ans pour les personnes travaillant dans un environnement bruyant.

Lors de l’ouverture du dossier à la CSST, il est primordial que le médecin qui procède à l’expertise médicale fasse une recommandation sur le besoin en appareils auditifs. Cette recommandation est possible même si le degré de la surdité est infra barème selon les critères médico-légaux de la CSST pour l’obtention d’une compensation monétaire pour déficit anatomo-physiologique et perte de jouissance de la vie. Lorsque la CSST reconnaît le caractère professionnel de la surdité, elle peut alors défrayer le coût d’un ou de deux appareils auditifs, selon le cas, à tous les cinq ans, incluant les produits d’entretien et les piles.

Si vous avez travaillé dans le bruit et croyez avoir une surdité professionnelle, prenez rendez-vous avec votre audiologiste pour une évaluation de votre audition.

 

Dans un objectif de conformité, les termes appareils auditifs sont préférés
à ceux de prothèses auditives.